Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 15:02

reunion-musiciens-v1688.jpg

François Puget, Réunion de musiciens, 1688 (huile sur toile, 147 x 212 cm, musée du Louvre, Paris).



Cette toile conservée
au musée du Louvre est intéressante à plusieurs titres et conserve une part de mystère que les spécialistes n'ont toujours pas élucidée. Voilà qui pique la curiosité, bien entendu, et donne envie d'en savoir plus.


La datation, qui a longtemps été sujet à polémiques, ne fait plus aujourd'hui aucun doute : l'oeuvre remonte à 1688. Son origine non plus. Selon le fils de l'artiste lui-même, Pierre-Paul Puget, François aurait eu l'idée de le proposer au roi Louis XIV à l'occasion de son voyage à Versailles où il s'était rendu pour livrer la célèbre sculpture de son père, le "Milon de Crotone" ; le roi apprécia l'oeuvre et en fit l'acquisition, et elle se trouvait en effet dans les collections royales d'où elle est passée au Louvre. François Puget recevra d'ailleurs le titre de "peintre du Roi".


fran--ois-milon-louis.jpg

Eugène Devéria, Puget présentant le Milon de Crotone à Louis XIV, 1828-1832 (plafond de la salle A de la Galerie Campana, aile Sully, musée du Louvre, Paris).



La toile nous présente des musiciens réunis autour d'une table, qui semblent discuter au sujet d'un morceau. Deux d'entre eux sont assis, les autres se tenant debout derrière eux. Tout à fait à gauche, à l'arrière-plan, François Puget s'est lui-même représenté. Les personnages sont en tenue d'intérieur, robe de chambre et bonnet ou turban, ce qui montre une atmosphère d'intimité. Un soin particulier est apporté dans la représentation des instruments, qu'on peut aisément identifier et qui ponctuent la scène au même titre, pourrait-on dire, que les personnages ; ce ne sont que des cordes : violon et luth des deux personnages assis, guitare baroque posée sur la table, viole de gambe du personnage du second plan à droite. De même, on remarque deux partitions : l'une posée sur la table, et la seconde tenue par François à l'arrière-plan à gauche. Sur l'une des partitions, on peut lire un texte en italien appelant à célébrer par la musique la gloire de Louis XIV. Il est fréquent dans une toile de cette époque qu'un texte figure sur l'un des détails, évoquant soit l'artiste, soit le commanditaire de l'oeuvre, nous en trouverons d'autres exemples. Dernières remarques, enfin, sur l'art de la couleur chez François Puget, avec une maîtrise de l'équilibre entre des bleus sombres et des rouges flamboyants ; on y trouve un mélange de l'influence du nord, du caravagisme qui a fortement marqué la peinture méditerranéenne et bien entendu le propre du tempérament provençal. Et sur la qualité des personnages, car François fut aussi un grand portraitiste.



fpuget-1688-det.gif


Le mystère réside dans l'identité des personnages représentés. Les spécialistes continuent de diverger sur le sujet. Il ne s'agit pas, selon toute vraisemblance, de musiciens anonymes. Peinte pour le roi, la toile doit représenter des musiciens qui sont à son service et concourent à sa gloire, comme le suggère l'inscription. On évoque les noms de Lully, Quinault, De Lalande. Une théorie très intéressante est présentée sur un site que je vous invite à découvrir au sujet de ce tableau et qui tente d'identifier Lully parmi les personnages. 



Un mot pour terminer sur François Puget. Fils unique du célèbre Pierre Puget, le grand baroque provençal, originaire de Marseille, il est comme son père un artiste à multiples facettes, un artiste complet comme on le dirait aujourd'hui : il est à la fois sculpteur, architecte et surtout peintre. C'est en effet dans la peinture que François va exceller, et dépasser de loin son père, obtenant comme nous l'avons vu le titre envié de "peintre du Roi", reconnaissance officielle que Pierre n'avait jamais obtenue. Il va rester dans les mémoires surtout pour avoir achevé l'une des oeuvres architecturales majeures de son père : la Vieille Charité de Marseille, dont nous reparlerons, et en particulier cette merveille qu'est la chapelle baroque située dans la cour. Malheureusement, comme son père là encore, François est très largement méconnu du grand public, les grands baroques provençaux ayant longtemps été boudés au nom d'un parisianisme bien français qui relègue au second plan ceux qui ne firent pas leur carrière dans la capitale, ou en l'occurence à la Cour.


Liens et références:

- sur l'identification des personnages, un excellent site sur le "mystère Lully", déjà indiqué in-texte. 
- sur le plafond, le site Insecula.
- sur François Puget, un excellent livre d'une spécialiste de la période en Provence, qui est LA référence sur le sujet et présente l'ensemble des peintures de François : Marie-Christine GLOTON, Pierre et François Puget, peintres baroques, coll. Etat des lieux, éditions Edisud, Aix-en-Provence, 1985.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Horizons des Arts
commenter cet article

commentaires

:0038: @nne marie 28/11/2007 22:37

Comme d'hab, très bel article ! !
Bisous du soir

Kaaper Nefredkheperou 02/12/2007 10:43

Allah yekhalliki, yâ ukhtî ! Content que tu aies aimé cet article sur François Puget. Bisous de Provence. Kaaper-Nefredkheperou

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives