Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 10:22

Tout le monde a entendu parler de l'Expédition d'Egypte, mais combien savent d'où elle est partie ? C'est à Toulon que s'est regroupée la plus grande partie de la flotte et que se sont embarqués Bonaparte et les scientifiques de l'Expédition. Retour sur l'événement...


Depuis longtemps déjà, le commerce avec le Levant est centralisé en Provence, dans le port de Marseille et les villes du voisinage sous influence marseillaise. Dès le Moyen Age, les échanges commerciaux entre la Provence et le Mashreq, Alexandrie en particulier, sont intenses et les marchands provençaux bien implantés en Orient. Marseille et Toulon resteront longtemps les portes du Levant. Rien d'étonnant donc à ce que l'on ait choisi les côtes provençales pour l'expédition française en Egypte.


carre-port.jpg

C'est ici, sur le Carré du port de Toulon, que se sont embarqués Bonaparte et les savants qui l'accompagnaient pour l'expédition d'Egypte, en mai 1798.


L'essentiel de la flotte se concentre en effet dans le port de Toulon, devenu depuis Louis XIV le principal port de guerre français en Méditerranée. Pour l'arsenal, c'est une véritable aubaine. Des flottes secondaires se rassemblent également à Ajaccio, Gênes et Civitavecchia, car il s'agit jusqu'au dernier moment de tromper les Anglais sur la destination de cette armada et de faire croire à une possible attaque vers l'Angleterre.


Dans un premier temps, on ordonne d'armer les côtes de la Provence et les troupes reçoivent en mars 1798 l'ordre de se mettre en route vers Toulon. La flotte de l'Adriatique, dirigée par l'amiral Brueys1, arrive dans le port dès le 2 avril. Brueys commence à organiser les préparatifs, tandis que Bonaparte est encore à Paris. Il réorganise les équipages et opère des recrutements supplémentaires, ce qui fait que de nombreux Provençaux de la région participeront à l'expédition. Il interdit aux équipages de descendre à terre, par peur des désertions et des débordements possibles. Dès le 6 mai 1798, les troupes venues par voie de terre ont commencé à embarquer sur les navires.


quai-carre-port.jpg

Ce quai toulonnais a été témoin du départ de l'expédition d'Egypte...


Ce n'est que le 4 mai que Bonaparte quitte Paris et il arrivera à Toulon 5 jours plus tard, pour superviser les derniers préparatifs et l'embarquement des troupes et du matériel. A son arrivée, il lance une proclamation aux soldats, dont voici un extrait car elle est représentative de l'état d'esprit de l'époque :


"
Soldats !
(...) Les légions romaines, que vous avez quelquefois imitées, mais pas encore égalées, combattaient Carthage tour à tour sur cette même mer et aux plaines de Zama. (...)
Soldats ! L'Europe a les yeux sur vous. Vous avez de grandes destinées à remplir, des batailles à livrer, des dangers, des fatigues à vaincre. Vous ferez plus que vous n'avez fait pour la prospérité de la patrie, le bonheur des hommes et votre propre gloire.
(...) Le génie de la Liberté, qui a rendu la République dès sa naissance l'arbitre de l'Europe, veut qu'elle le soit des mers et des contrées les plus lointaines
."

 
La flotte est impressionnante. A Toulon se concentrent 36000 soldats, dont 2200 officiers, venus surtout des armées du Rhin et d'Italie ; au total, sur les quatre points de rassemblements, l'armée rassemble 50000 hommes2. Pour les bateaux, 15 vaisseaux de guerre13 frégates, 1 corvette, 35 bâtiments divers, auxquels s'ajoutent pas moins de 300 bâtiments de transport  - sur lesquels 200 sont à Toulon ! C'est l' " Orient " qui est choisi comme vaisseau amiral et sur lequel embarqueront Bonaparte et la centaine de savants qui l'accompagnent ; il est amarré au Carré du port, devant l'hôtel de Ville, lieu réservé traditionnellement aux navires officiels ou de prestige. Ce vaisseau, lancé en 1791, fort de 118 canons, est le plus grand navire de guerre de son époque 3. A signaler aussi le " Franklin " 4, récemment achevé, qui est de loin supérieur en puissance aux navires anglais. Sous le poids du matériel entreposé, le Carré du port s'affaissera et il faudra le restaurer.


vue-sortie-port.jpg

Voici la vue qu'ont eu ceux qui faisaient partie de la flotte d'Orient, en sortant de la Darse Vieille de Toulon, le 19 mai 1798.


La flotte appareille finalement de Toulon le 19 mai 1798 en direction de Gênes, où se fait la première jonction avec les autres éléments de l'escadre. Puis elle se dirige vers la Corse et la Sardaigne, où la rejoignent les flottes d'Ajaccio et Civitavecchia, puis se lance à la conquête de l'île de Malte, qui est prise du 9 au 18 juin 1798. Et c'est au début du mois de juillet que la flotte française arrive en vue des côtes égyptiennes. Mais c'est une autre histoire...



vue-sortie-rade.jpg

Et voici ce qu'ils ont pu voir en s'apprêtant à sortir de la petite Rade.


Joséphine de Beauharnais
a accompagné Bonaparte à Toulon 5. La tradition raconte que, le jour du départ de la flotte, elle avait pris place dans la Tour Royale et agité son mouchoir pour faire ses adieux à Bonaparte.



tour-royale.jpg

C'est de cette tour vue de puis la mer au sortir du port, la Tour Royale construite au début du XVIe s. , que Joséphine aurait fait ses adieux à adieux à Bonaparte : a-t-il pu la voir ? Pour le côté romantique, nous dirons oui...



barre_bateaux.gif



Notes et références :

1- François Paul de Brueys d'Aigalliers (1753-1798), lieutenant de la Marine royale sous l'Ancien Régime qui a participé à la guerre d'Indépendance des Etats-Unis, puis amiral sous la Révolution. Il est remarqué par Bonaparte, qui demande à ce qu'il soit chargé du commandement de la flotte pour l'expédition d'Egypte. Il est mort lors d'une bataille navale contre les Anglais à Aboukir, en août 1798.

2- 40000 soldats et 10000 marins.

3- L' "Orient", à l'origine appelé le " Dauphin Royal " et ensuite rebaptisé le "Sans-Culotte", a été construit et lancé dans l'arsenal de Toulon en 1791. Il explosera durant la bataille d'Aboukir, le 2 août 1798, Nelson cherchant à priver les Français de toute retraite possible en coulant leurs navires les plus puissants.

4- Le " Franklin ", vaisseau de 80 canons, sera capturé par les Anglais durant la bataille d'Aboukir.

5- Ils étaient mariés depuis 1796.


Pour les références :

Henry LAURENS, L'Expédition d'Egypte 1798-1801, coll. Points Histoire n°H244, éd.du Seuil, Paris, 1997.

et les ouvrages sur l'histoire de Toulon mentionnés dans la page  "Bibliothèque : Toulon et sa région - Le Var ", en particulier ceux de M. AGULHON et Y. MESCHI.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Horizons franco-égyptiens
commenter cet article

commentaires

:0010:soleil51:0038: 09/02/2008 23:16

Un peu en avance, bon dimanche ! !
Je pars lundi sur Louxor pour une nuit !
Serai de retour mardi soir mais dès mercredi je bosse ! !
Donc, à ...je ne sais quand ! !
J'ai des articles programmés pour un certain temps
mais je ne sais quand j'aurai le temps de passer sur les blogs !
Mille bisous du pays de Râ !
@nne marie

Kaaper Nefredkheperou 16/02/2008 02:33

Pardon de répondre seulement maintenant, yâ ukhtî ! Chouette cette escapade à Louqsor ; ) . J'espère que le boulot s'est bien passé, bon courage en tout cas. Mille bisous de Provence à ma soeur d'Hurghada et sa petite famille ! Kaaper

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives