Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 11:25

La croisière sur le Nil est aujourd'hui l'une des formes les plus courantes de voyage en Egypte. Je devrais dire, d'ailleurs, en Haute-Egypte ; car s'il fut un temps où les bateaux de croisière reliaient encore Le Caire à Assouan, ce n'est plus le cas depuis déjà de nombreuses années et les croisières s'effectuent entre Louqsor et Assouan. C'est un type de voyage confortable, qui est plutôt approprié pour une première approche de l'Egypte ; mais il n'est pas sans inconvénients. J'ai eu l'occasion de faire deux croisières, en 2004 et 2006. Je vous livre donc ici de simples impressions personnelles.


bateau-nil.jpg


undefined La croisière type :

Les programmes des croisières varient peu et sont quasiment les mêmes, à quelques petites nuances près, chez tous les voyagistes. La durée est en principe de 8 ou 9 jours et 7 nuits, de Louqsor à Assouan et retour sur Louqsor - attention, n'oubliez pas que les jours de trajet aérien depuis votre pays d'origine sont comptés. En règle générale, vous atterrirez à l'aéroport international de Louqsor, d'où vous embarquerez directement sur votre bateau de croisière.

Les sites visités durant la croisière sont eux aussi pratiquement toujours les mêmes. Certaines visites sont optionnelles et devront être réglées sur place ; faites bien le calcul, car un prix de départ attractif peut en fait aboutir à un voyage qui vous reviendra plus cher au final.

Au départ de Louqsor, vous visiterez habituellement : le temple de Karnak, les Vallées des Rois (3 tombes) et des Reines (3 tombes aussi)  avec un passage éclair aux colosses de Memnon. Avec un peu de chance, votre programme peut aussi comprendre les visites des temples de Louqsor et d'Hatshepsout à Deir el-Bahari, mais ces deux sites ne sont pas toujours compris. Pour le temple de Louqsor, c'est un moindre mal : vous pouvez très bien profiter d'un temps libre pour le visiter seuls, le site reste ouvert  tard le soir - lors de mon premier voyage, j'ai fait ainsi la visite libre de nuit, c'était très beau, même si cela rend difficile de prendre des photos et si on ne voit pas aussi bien certains détails architecturaux.

A l'escale d'Edfou, vous visiterez le temple d'Horus. En règle générale une visite assez rapide. Pour vous rendre du bateau au temple, vous aurez droit au traditionnel trajet en calèche. Ensuite, retour sur le bateau pour la navigation.

A l'escale de Kom Ombo, vous visiterez le temple de Sobek et Haroeris. Lors de beaucoup de croisières, la visite se fait de nuit - je l'ai vu deux fois, et deux fois de nuit : inutile de vous dire que j'aimerais bien quand même le voir de jour ! Ensuite, retour sur le bateau et navigation.

A l'escale d'Assouan, les visites comprennent le plus couramment le temple d'Isis à Philae, souvent aussi le parc botanique de l'île Kitchener ou les carrières de granit avec l'obélisque inachevé. Très souvent, la visite aux temples d'Abu Simbel est en supplément ; il faut compter 3 à 4h de route à travers le désert au départ d'Assouan, et même chose au retour : journée harassante, mais qui mérite quand même d'être faite.

Ne vous attendez pas à plus, c'est à peu près tout ce que vous verrez de toutes les richesses de la Haute-Egypte - il est vrai que c'est déjà bien d'avoir la chance de pouvoir réaliser le rêve de voir "en vrai" ces monuments qu'on ne connaissait qu'à travers les livres ou la télévision. D'autant que la plupart du temps on vous emmènera entre deux visites chez des fabricants de produits touristiques auxquels il est difficile d'échapper : boutiques de papyrus, de verre soufflé, de parfums, d'albâtre... Ca peut amuser la première fois, mais vous aurez tôt fait de remarquer qu'on trouve la même chose et bien moins cher dans les soukhs !

Enfin, un rituel de toute croisière : la soirée costumée avec le dîner égyptien et le spectacle - le plus souvent derviche tourneur, chants et danses nubiennes. Je ne vous raconte pas, vous le découvrirez par vous-mêmes...

Vous laissez votre passeport à l'accueil. Lorsque vous descendez seul à terre, on vous remet une carte au nom du bateau ; cela permet aussi à l'équipage de vérifier que tout le monde est bien à bord avant d'appareiller.



paysage-nil_1.jpg

undefined Les avantages et inconvénients :

Le premier avantage, c'est sans doute le prix très attractif : les voyagistes se livrent une concurrence féroce et les prix ont considérablement baissé. 

Autre avantage : on n'a pas à faire et défaire ses valises en permanence, puisqu'on ne change pas d'hôtel et qu'on est sur un hôtel flottant. Les bateaux sont confortables et bien tenus, le personnel charmant, les repas corrects bien que très occidentaux en règle générale - à part la soirée déguisée, vous ne mangerez guère de spécialités véritablement égyptiennes. Par contre, tout est préparé à bord, y compris les viennoiseries et pâtisseries du petit déjeuner ; si vous êtes un couche-tard, vous pourrez voir le soir les livraisons de nourriture.

La croisière est également moins fatigante qu'un voyage par la route. On ne s'en rend pas compte en regardant une carte, mais les distances sont importantes. Et les déplacements de touristes, individuels ou en groupes, ne se font qu'en convois accompagnés par une escorte, ce qui peut être épique ; les convois ont des horaires approximatifs et certains policiers font du zèle sur la limitation de vitesse - 90 km/h !


surprise.jpg

Chaque jour, en rentrant de vos promenades, vous attendra l'une de ces surprises que le personnel de cabine confectionne avec les serviettes de bain, le couvre-lit et autres...


Enfin, la lenteur de la navigation permet d'admirer à loisir les paysages magnifiques. Du pont supérieur, en buvant paisiblement un karkadé, on voit défiler sous ses yeux des panoramas grandioses aux couleurs magnifiques, des scènes immuables, et on passe des moments inoubliables pour peu qu'on ait l'esprit rêveur.

Le principal inconvénient - outre le fait, bien sûr, de devoir endurer un groupe - est que l'on est tenu par les horaires et aléas de la navigation. Le Nil est en passe de devenir une véritable autoroute de bateaux de croisière, de jour comme de nuit, et pouvoir accoster pose parfois des problèmes ; vous serez sans doute surpris, car les bateaux s'amarrent les uns aux autres et vous devrez souvent en traverser plusieurs pour gagner le quai... et au retour, certains bateaux se ressemblant beaucoup, vous pouvez au début vous demander lequel est le vôtre ! Le passage de l'écluse d'Esna, surtout, peut être fastidieux, chaque bateau devant prendre son tour dans la file d'attente, et l'attente peut être longue.

Autre inconvénient, la rapidité avec laquelle on effectue les visites. En principe, votre guide vous commente le monument, puis vous laisse un temps libre variable ; mais en général vous ne passerez guère plus d' 1h30 sur chaque site, ce qui est parfois frustrant, même pour une première approche.

Et le dernier gros inconvénient est que vous aurez très peu de contacts avec la population, étant donné que vous serez la plupart du temps en " troupeau " de touristes - je sais, je suis méchant ! Il y a bien des moments pour s'échapper un peu, mais ils sont relativement rares.


paysage-nil_2.jpg



undefined Faut-il faire ou pas une croisière sur le Nil ?

Je dirais qu'il faut le faire une fois, en particulier pour une première approche du pays et si on ne se sent pas d'emblée une âme d'aventurier. Cela  permet d'avoir un aperçu global du patrimoine de la Haute-Egypte. Et naviguer sur le Nil réserve quand même de très beaux moments. Il est l'âme de l'Egypte, et un long corridor qui donne envie d'en découvrir encore plus.




caleches-edfou.jpg




undefined Les solutions alternatives à une croisière classique :


Certains voyagistes ont développé des solutions alternatives à la croisière sur ces énormes hôtels flottants qui sillonnent le Nil.

Onéreuse, la croisière en dahabieh, ce bateau qu'empruntaient les voyageurs d'autrefois. Le nombre de passagers est réduit, le cadre plus intimiste et propice à voyager aussi dans le passé. Mais les dahabieh sont rares et ce type de voyage n'est pas à la portée de tous.

Autre alternative, un peu plus dans l'esprit "aventure ", la croisière à bord d'une felouque, qui est proposée par quelques voyagistes sortant des sentiers battus. Bivouac la nuit, randonnées le jour avec souvent des visites qui changent de celles proposées par la plupart des voyagistes et rencontres avec la population - attention, tout n'est pas aussi spontané qu'on veut vous le faire penser, la part de rêve est organisée. Mais le contact est quand privilégié par rapport à la croisière classique, car là aussi les groupes sont restreints - pour peu qu'on s'organise pour partir entre amis, c'est un voyage individuel. Si je devais à nouveau voyager sur le Nil, insha'a l-llah, c'est un type d'expérience qui me tenterait bien.



bateaux-ammarres.jpg


undefined Quelques conseils personnels pour terminer :


Certains voyagistes proposent de combiner la croisière type sur le Nil avec un court séjour au Caire. Je ne peux que vous recommander de choisir cette option, que ce soit pour une première découverte du pays ou surtout pour le seul et unique voyage de votre vie en Egypte. Il est dommage d'aller en Egypte et de ne pas voir, même très rapidement, cette ville fascinante qu'est la capitale égyptienne, et de manquer aussi ce lieu mythique qu'est Gizeh. Aux visites de la croisière classique peuvent ainsi s'ajouter celles du musée égyptien du Caire, de Gizeh (pyramides et Sphinx), Memphis et Saqqarah, ainsi que, si vous êtes assez curieux et voulez voir autre chose que l'Egypte " pharaonique ", Le Caire copte ou islamique.

Si votre bateau s'arrête à Esnah, ou s'il est bloqué en attendant de passer l'écluse, profitez-en pour descendre à terre et visiter le temple de Khnoum, dont le prix d'entrée est modique. Attention, pour s'y rendre il faut traverser le soukh qui peut vous donner le tournis... vous verrez.

Pour les soukhs, puisque nous en parlons, le plus authentique - et ça risque de ne pas durer, hélas - est celui d'Assouan. Sortez de la zone arpentée par le flot de touristes et vous vivrez de très beaux moments.  Le soukh de Louqsor, qui était lui aussi magique, a hélas été défiguré par les travaux récents qui le font ressembler à une galerie marchande ; en tout cas, je suis de ceux qui pensent qu'il a perdu son âme... Quand aux soukhs touristiques organisés autour des temples d'Edfou et Kom Ombo, ils n'ont pour être franc aucun intérêt.

A Assouan, une promenade en felouque est un moment agréable dans ce paysage tout simplement somptueux. Si vous en avez le temps, n'hésitez pas à vous l'offrir, ce sera un moment particulier.

Pour Abou Simbel, si l'excursion n'est pas au programme de votre croisière, prenez-la en supplément, vous ne le regretterez pas car le site est tout simplement magique ; et la traversée du désert entre Assouan et les temples est une pure merveille.

Il est peu probable que vous ayez le temps de visiter les musées, qui ne sont au programme d'aucun voyagiste à ma connaissance. Mais on ne sait jamais, il est bon de savoir qu'il y a un musée égyptologique à Louqsor et le musée Nubien à Assouan.


danse-bateaux.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Voyages en Egypte
commenter cet article

commentaires

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives