Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 06:38

Nous avons vu dans un article précédent les salutations et formes de politesse de base en masri1, l'arabe dialectal égyptien le plus répandu. A présent, nous allons commencer à échanger quelques expressions simples avec des interlocuteurs égyptiens en disant notre nom et en demandant celui de l'interlocuteur, puis en demandant comment ça va.

undefinedDire son nom :

Le nom, c'est el-esm en masri (al-ism en arabe classique).

esmî, littéralement "mon nom (est) ", permet de dire "je m'appelle ".
ex. esmî Kaaper = je m'appelle Kaaper
undefined
Pour demander à quelqu'un comment il s'appelle, on dira :
esmak êh ? (à un homme) ou  esmek / esmik2 êh ? (à une femme)

undefinedPetites explications pour la curiosité :

l'arabe, littéral ou dialectal, dispose, à côté des pronoms personnels sujet, de pronoms personnels fonctionnant comme des suffixes et servent aussi de possessifs ; ainsi :

ana > - î = moi, je ; mon
enta > - ak = toi, tu ; ton (masculin)
enti > - ik / - ek = toi, tu ; ton (féminin)
howa > - u / - hu / - h3 = lui, il ; son (masculin)
heyya > - hâ = elle ; son (féminin)
eHna > - nâ = nous ; notre
entu > - ku / - kum4 = vous ; votre (plusieurs personnes)
homma > - hum = eux, ils, elles ; leur

ex. ibn = fils -> ibnî = mon fils 
undefined
C'est très pratique, il faut bien l'avouer ! Vous remarquerez qu'il y a 8 personnes en arabe : la 2e personne du singulier masculin et féminin, mais une seule forme pour la 3e personne du pluriel.

Enfin êh ? est l'interrogatif égyptien par excellence, permettant de poser une question beaucoup plus facilement qu'en arabe littéral ; on peut le traduire par " que ? " / " quoi ? ". Il se place après l'élément sur lequel porte la question.
ex. 3âyez êh ? = que veux-tu ?

Là aussi, très pratique, mesh kedâ / n'est-ce pas ?


undefinedComment ça va ?

Après avoir salué, on demande en général comment ça va. Là encore, c'est assez simple et très facile à retenir. Une attention qu'apprécieront les Egyptiens que vous rencontrerez à plusieurs reprises.

La formule la plus soutenue est :
keyf el-Hal ? 

dont une variante est : keyf Halak ? (à un homme) / Halek ? (à une femme)

Mais il y a une forme plus typiquement égyptienne :
undefined
ezzây ?5 est un interrogatif typiquement dialectal, qu'on retrouve aussi en libanais ; il signifie " comment ? " et est l'équivalent du littéral keyf.

Comme pour le nom, il suffit d'y ajouter un pronom personnel suffixe pour poser la question de savoir comment va la personne :
ezzâyak ? = comment vas-tu ? (à un homme)
ezzâyek ? = comment vas-tu ? (à une femme)

On peut aussi dire :
ezzây el-Hal ? = comment ça va ? ( littéralement, " comment est la situation ? " )

On répond, puisque tout ne peut qu'aller bien quand on est en Egypte  :
(ana)6 kwayyes (homme) / kwayyesa (femme) = (je vais ) bien
be-khêr = bien


En général, on ajoute à sa réponse : el-Hamdu li-llah (grâce à Dieu) ; si vous n'osez pas le dire parce que vous n'êtes pas musulman, les Egyptiens l'ajouteront souvent à votre réponse.



Il y a ainsi en masri toute une série d'expressions codifiées, qui sont en quelque sorte une façon d'éviter d'attirer ce qui pourrait être négatif, mauvais ; n'oublions pas le pouvoir que les civilisations de cette région du monde ont de tout temps accordé à la parole, comme chez les anciens Egyptiens. On trouvait d'ailleurs en Europe il n'y a pas si longtemps des traditions similaires, qui venaient de l'Antiquité gréco-romaine : dire le nom d'une chose, c'est l'attirer, littéralement l'invoquer. Mais ces questions linguistique révélatrices de la façon de penser sont si passionnantes que je me laisse emporter par mon élan ! Revenons à notre premier propos...
undefined
L'expression que vous entendrez très souvent est inshâ'a l-llah, qu'on traduit par " si Dieu le veut ". Elle ponctue en particulier les phrases dans lesquelles on émet un souhait, quand on parle d'un projet, de quelque chose qu'on envisage de faire ou d'un endroit où on souhaiterait aller, etc. En général, l'interlocuteur répond à son tour " inshâ'a l-llah ".
Un exemple : hashûfak bokra, inshâ' l-llah = je te vois demain, si Dieu le veut.


undefined

Notes :

1- Le masri est en effet à l'origine le dialecte du Caire, qui a évolué vers une forme qui est comprise dans pratiquement toute l'Egypte, devenant une sorte d'arabe égyptien commun. Mais il existe de nombreux autres dialectes, comme le sa'idi de Haute-Egypte, ou le bedawi des Bédouins d'Egypte. Rassurez-vous, si vous parlez en masri, vous serez compris !
2- Pour le pronom féminin, la forme égyptienne la plus courante est -ek, même si en principe on devrait trouver le -ik avec le fameux -i bref prononcé entre -i et -é. 
3- La forme classique est -hu, mais en égyptien on utilise plutôt -u, ou -h après voyelle.  
4- Là aussi, la forme classique est -kum, mais dans la langue parlée égyptienne on utilise plutôt simplement -ku
5- Pensez à bien prononcer les deux -z , le mot a deux syllabes : ez- / -zây. 
6- Ana, pronom personnel sujet, est en règle générale sous-entendu, tout comme le verbe être.

Pour les règles de transcription et la prononciation, se reporter à la page qui y est consacrée. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Egypte pratique
commenter cet article

commentaires

Sandrine 19/03/2008 09:42

Je t' encourage à continuer ces petits cours pratiques, ils me seront très utiles. choukran !

Kaaper Nefredkheperou 20/03/2008 01:46

afwan, yâ Sandrine ; ) Ca me permet aussi de me motiver pour me replongre dans mes cours de masri, parce que la prochaine fois j'espère pouvoir parler un peu plus encore avec les Egyptiens, insha'a l-llah. La prochaine fois, l'article portera sur des phrases utiles au sûq, au restaurant, etc. Amitiés de Provence. Kaaper

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives