Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 11:23

Pour ce week-end, une chanson qui restera pour moi à jamais liée à un moment fabuleux : l'arrivée au Caire par la route, en 2006. Depuis Hurghada, synonyme d'autres moments merveilleux et inoubliables en compagnie d'Anne-Marie, nous avions longé en convoi - les fameux convois égyptiens ! - les côtes de la mer Rouge en direction de la capitale égyptienne ; un voyage d'un peu plus de 500 km, qui paraît interminable quand l'escorte de police fait du zèle en respectant la limitation de vitesse à 90 km/h. A l'entrée du Caire, l'escorte nous quittait enfin et nos chauffeurs autant que nous étaient soulagés ; ils avaient mis dans le lecteur du minibus ce qui était alors le dernier album de Nancy et furent ravis quand je leur dis que je le connaissais et que j'adorais : du coup, ils mirent la musique à fond, et nous chantions - grande surprise des chauffeurs, Kaaper connaissait un peu les paroles - et tapions dans les mains tandis que el-Qâhira déployait ses lumières dans la nuit. Un grand moment impossible à oublier, à la fois par cette complicité avec les chauffeurs égyptiens et la joie immense de retrouver Le Caire. Je vous raconterai à l'occasion ce voyage dans la rubrique appropriée. Mais ça fait du bien, parfois, de se rappeler des instants de bonheur intense et tout simple à la fois.



 





نانسي عجرم  ـ  معجبة

Nancy Ajram - Mo3gaba


mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa
x2

Hadd yeqoollo
Hadd yeqoollo
enny baHebbo el-Hobbe da kollo
x2

Hadd yeHaneen qalbo 3aleya
ana maksoofa arooHlo w aqoollo

mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa

aywa khatafny b(e)-seHri gamâlo
shooqy baylo we 3ayny aylâlo
x2

khâ'ifa ma-konshi ana elly f(ê) bâlo
ba3di da kollo

Hadd yeqoollo
Hadd yeqoollo
enny baHebbo el-Hobbe da kollo
x2

Hadd yeHaneen qalbo 3aleya
ana maksoofa  aqoollo

mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa

rooHo qoololo baHebbo we mâlo
mo3gaba bêh we Da'iba we maylâlo
x 2

waHeda khalâS 3aysha w 3ayshalo
3omraha kollo

Hadd yeqoollo
Hadd yeqoollo
enny baHebbo el-Hobbe da kollo
x2

Hadd yeHaneen qalbo 3aleya
ana maksoofa arooHlo w aqoollo

mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa
x2

mo3gaba moghrama


( album : ya tabtab, 2006 ; je vous recommande d'ailleurs tout l'album, qui est excellent )


Remarques linguistiques :

Le vocabulaire, vous le retrouverez dans la page consacrée au lexique arabe égyptien.

- on remarque le préfixe mo- ( arabe littéral mu- ), qui est utilisé pour former des dérivés : ici par exemple moghrama ( féminin de l'adjectif moghram = amoureux ) qui dérive d'un mot que nous avons déjà rencontré gharâm = la passion (amoureuse).

- l'utilisation des pronoms suffixes avec les mots terminés en -a bref ( ة , la plupart féminins ) : on doit passer par l'utilisation de la forme du pluriel régulier, auquel peut alors s'ajouter le suffixe
ex. naZra -> pluriel naZret -> naZret + -o = son regard ( à lui )

- cette chanson nous fait aussi rencontrer beaucoup de formes où se trouve le pronom personnel suffixe -o qui correspond à la 3e personne du masculin singulier : lui, il. En arabe classique, il s'écrit et se prononce -hu , mais en dialectal le -h disparaît dans la prononciation, ce qui fait que par convention on ne le note pas en transcription ; par contre, si on écrit le mot dialectal en caractères arabes, le -h est maintenu ( n'oubliez pas que seules les consonnes et les voyelles longues s'écrivent ). Vous trouverez une page sur ces pronoms suffixes et leur emploi.
ex. qalbo = son coeur ( à lui ), comme nous connaissions déjà qalby = mon coeur
baHebbo = je l'aime ( lui )

- l'importance de bien distinguer dans la prononciation les voyelles longues et les voyelles brèves, avec un bon exemple de confusion possible qui peut être cocasse :
gamâlجمال ) = beauté
gamalجمل ) = chameau, dromadaire
si vous parlez de son chameau en pensant parler de sa beauté, ça risque de ne pas le faire... bien que ce soit gameel un gamal !

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article

commentaires

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives