Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 08:00


" Saïs courant "  ( carte postale début XXe s. , Papeterie & Imprimerie Au Cartosport, Max H. Rudman, Le Caire, n° 728, coll. Kaaper ).



Les Saïs faisaient partie des personnages que l'on apercevait dans les rues des villes égyptiennes, en particulier au Caire, et qui marquèrent les voyageurs. Ces coureurs, en général au nombre de deux, couraient devant les équipages des notables pour leur ouvrir le passage. Leur tenue était caractéristique : une chemise blanche rehaussée d'un gilet court brodé et un pantalon bouffant blanc s'arrêtant au niveau des genoux, avec une large ceinture en étoffe. Comme on le voit sur ce cliché du début du XXe s. et d'autres, ils couraient toujours  pieds nus. Ils tenaient à la main droite ce que les voyageurs étrangers appellent le " courbach1 pour les francophones, ou " kurbash " pour les anglophones : une sorte de grand fouet traditionnellement fait de cuir d'hippopotame avec lequel ils dispersaient le cas échéant la foule sur le passage de leur employeur. Le cocher porte pour sa part le tarboush mis à la mode sous l'influence ottomane dans la bourgeoisie et les classes aisées.


Détail sur les Saïs, avec leur costume caractéristique, courant les pieds nus et portant à la verticale le long kurbâj.




1- En arabe  كرباج ( kurbâj ), signifiant " fouet " ou  " cravache ". Il était également utilisé pour administrer les châtiments corporels à l'époque ottomane, usage aboli en Egypte au moment de la domination britannique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Horizons des Objets
commenter cet article

commentaires

gene 28/04/2009 11:19

était-ce une pratique mise en vigueur par les colons ou est ce que ça existait avant?

Kaaper Nefredkheperou 28/04/2009 16:12



Non, non, cela n'a rien à voir avec l'arivée des colons occidentaux - venus d'ailleurs assez tardivement en Egypte. C'est un usage qui s'est mis en place sous la domination ottomane : les
représentants de l'administration ottomane, ainsi que les hauts fonctionnaires, la plupart Turcs ou Arméniens de Turquie,  et quelques Occidentaux entrés au service du sultan ; ils ont
bientôt été imités par les membres de l'aristocratie et de la bourgeoisie égyptiennes. Mais les Mamlûk devaient déjà avoir ce genre de gardes à pied.
Amitiés de Provence,
Kaaper



Tifet 28/04/2009 08:45

Bonjour Kaaper,je les trouve vraiment très beaux ! bonne journée à toi et je t'envoie un peu de soleil de Bretagne car il parait qu'il manque un peu ds le sud en ce moment ! Tifet

Kaaper Nefredkheperou 28/04/2009 16:15


Bonjour, chère Tifet ; ton soleil est bien arrivé, merci beaucoup  Ca fait du bien après les trombes d'eau de ce
week-end !
Ils ont fière allure, en effet, ces Saïs.
Amitiés de Provence,
Kaaper


Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives