Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 12:30



" Groupe de danseuses " ( carte postale colorisée du début du XXe s. , datée 1914 par le cachet postal, coll. Kaaper )


Nous avions vu dans un précédent article le costume traditionnel des Ghawazee avant leur exil forcé en Haute-Egypte au milieu du XIXe s.  Sur cette carte postale du début du XXe s. , voici un groupe de Ghawazee dans le costume que ces danseuses portaient à la fin du XIXe s. et qu'elles conservèrent jusqu'à ce que la tenue actuelle soit créée sous l'impulsion des cabarets et du cinéma entre 1930 et 1950.


Du costume d'autrefois, elles ne conservent qu'un gilet court, s'arrêtant sous la poitrine et rappelant l'anteree, mais sans manches. Dessous, elles portent un chemisier moulant en étoffe légère qui couvre la poitrine, le ventre et les bras, afin de ménager la pudeur - n'oublions pas qu'elles avaient essuyé au XIXe s. les foudres des religieux. Le principal changement réside dans l'abandon du shintiyan au profit d'une jupe ample descendant jusqu'aux chevilles, rehaussée de longs rubans brodés terminés par une passementerie ; les étoffes sont le plus souvent colorées et chargées de motifs végétaux de couleurs vives. Au cou et aux poignets, de nombreux bijoux selon la tradition des Ghawazee. Les deux femmes qui sont de chaque côté à l'arrière tiennent à la main les sagattes, ces petites cymbales ponctuant leur danse.


Les femmes photographiées ici apparaissent tête nue, comme c'est le cas la plupart du temps. Quelques-unes, sur d'autres documents, portent encore le tarboush et le turban. Autant dire qu'elles sont de ce fait toujours considérées comme des marginales, dans une Egypte où la plupart des femmes sont encore voilées avec le niqab égyptien noir ou blanc dont nous reparlerons.


Grand contraste avec le costume habituel de la plupart des femmes égyptiennes à la même époque ( " Native woman - Cairo ", carte postale du début du XXe s. , Zogos & Co., Le Caire, coll. Kaaper )







Post-Scriptum : Je viens d'acquérir une nouvelle carte postale ancienne représentant une Ghazeyya, sensiblement de la même époque que celle qui a servi de support à cet article. Il m'a donc semblé intéressant de l'ajouter. Ici, il s'agit d'une photo de studio, devant un faux décor de toile figurant l'intérieur d'un palais égyptien européanisé de l'époque : là encore, confusion, puisque les Ghawazy, comme nous l'avons vu, ne se produisaient pas auprès de la haute société - même si les authentiques Almées ont pour l'essentiel déjà disparu au début du XXe s.


Une Ghazeyya dans le costume intermédiaire entre le costume ancien et celui des danseuses d'aujourd'hui ( " Danseuse arabe ", carte postale du tout début du XXe s., Arougheti Bros, Suez, coll. Kaaper )

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Horizons des Objets
commenter cet article

commentaires

Taidh 17/06/2009 11:48

J´étais au lycée quand j´ai constaté le problème. Sur mon ordinateur l´image s´affiche.
Par contre la nouvelle version d´overblog fait aue je ne peux plus poster de commentaire avec le-dit ordinateur (qui est une antiquité). J´ai emprunté le portable de ma soeur pour répondre. J´espère aue tu as eu mon e-mail.
J´aurai bientot un nouvel ordinateur, donc au revoir d´ici là.

Taidh

Kaaper Nefredkheperou 21/06/2009 08:49


Mafeesh moshkela, pas de problème. J'ai bien eu ton message, merci beaucoup ; je vais prendre le temps d'y répondre.
Amitiés de Provence,
Kaaper


Taidh+O'Sullibhan 30/05/2009 15:10

La prmeière image s'affiche quand l'aticle est seul sur la page (après avoir cliqué sur "commentaires")mais pas sur la page principale.

Taidh

Kaaper Nefredkheperou 12/06/2009 15:39



Il y a quelquefois des petits bugs avec les images ; dans le résumé de la page d'accueil, c'est en principe la première image présente dans l'article qui est associée, parfois il y a bug quand
elle est lourde comme celle-ci. Ca peut aussi arriver sur la page de l'article, une fois qu'on a cliqué sur le titre ou les points de suspension entre crochets. Dans ce cas-là, en réactualisant
la page le problème se résout. En tout cas, là sur mon ordi ça fonctionne. Préviens-moi s'il y a encore des soucis, je verrai ce que je peux faire

Bises,

Kaaper



soleil51 12/05/2009 18:18

Cette civilisation me surprendra toujours ! !
Va voir ce site: http://hieroglyphes.over-blog.com/
à mon avis, tu devrais aimer !
Bisous mon Fred

Kaaper Nefredkheperou 21/06/2009 09:26



C'est vrai que l'Egypte n'en finit jamais de nous surprendre.
Je vais aller consulter le lien que tu indiques, shokran ya ukhty

Bisous mon Anne-Marie,


Kaaperek



Tifet 10/05/2009 11:03

Bonjour Kaaper, ces femmes à l'époque passaient-elles pour des femmes de "mauvaise vie" ? c'est très intéressant de voir comment même de nos jours on juge une femme à la façon dont elle est vêtue ! Bon dimanche à toi; Tifet

Kaaper Nefredkheperou 21/06/2009 09:30


Bonjour, Tifet,
Les Ghawazee avaient, nous le verrons prochainement dans un article en préparation sur le statut social des danseuses, une réputation assez sulfureuse ; d'autant que certaines prostituées cachaient
leur métier derrière le statut de Ghawazee, d'où l'association fréquente Ghazeyya/prostituée. On peut comparer leur statut social à celui qu'avaient les danseuses et actrices à la même époque en
Europe.
Bon dimanche,
Kaaper


gene 07/05/2009 21:34

Où que ce soit, dès que'une femme défie l'ordre établi , elle est une marginale !!!

Kaaper Nefredkheperou 21/06/2009 09:34


Surtout à cette époque. En Europe, à la même époque, comédiennes et danseuses étaient considérées comme des "femmes de mauvaise vie".
C'est vrai qu'il y a, y compris ici en France, un grand fossé qui a du mal à être comblé dans la façon dont on juge le comportement respectif des hommes et des femmes. Un homme qui
multiplie les conquêtes est un Don Juan, alors qu'une femme est affublée aujourd'hui encore de tous les noms d'oiseau...
Amitiés de Provence,
Kaaper


Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives