Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 17:15

Comme nous l'avons vu dans les articles précédents1, cette oeuvre sur ivoire est datée entre la seconde moitié du Ve s. et le début du VIe s., et elle présente de nombreuses scènes faisant apparaître la Vierge. Dans le christianisme ancien, la Vierge n'a à l'origine qu'un rôle secondaire. Ce n'est que progressivement que sa présence va s'accentuer pour donner finalement lieu à un culte particulier qui ne cessera de se développer ; toute la difficulté étant, bien entendu, de faire coïncider cette dévotion et la notion de strict monothéisme. Or, le Diptyque de Milan fait partie des oeuvres qui témoignent de ce développement du culte marial.


La Vierge de la Nativité dans le panneau supérieur du Diptyque de Milan.

Le premier pas véritable est fait au Concile de Constantinople, en 381, quand on proclame que Jésus, Fils de Dieu, a pris chair de la Vierge Marie par l'intervention de l'Esprit-Saint. Le rôle de la Vierge dans l'incarnation est ainsi implicitement reconnu, bien que le but de la décision du Concile soit de régler la question de l'Esprit-Saint qui divisait alors les chrétiens.


Cyrille d'Alexandrie, patriarche de cette ville égyptienne, qui lutta contre le nestorianisme et favorisa la reconnaissance de la Vierge comme Theotokos au Concile d'Ephèse.


Au siècle suivant, Cyrille d'Alexandrie3 développe le thème de Marie comme Theotokos ( en grec θεοτόκοϛ )2, qui se traduit par " celle qui a enfanté Dieu " ou " Mère de Dieu ".  Il s'agit pour lui de lutter contre l'idée du nestorianisme distinguant entre nature humaine et nature divine du Christ ; pour Nestorius, la Vierge est Mère de Jésus, mais pas Theotokos. C'est ainsi qu'est convoqué le Concile d'Ephèse, en 431, qui proclame définitivement la Vierge " Theotokos ".


Dans la pratique populaire, cette idée avait déjà un grand succès, ne serait-ce que par le rapprochement possible avec les cultes païens des déesses-mères4. Le thème de la Theotokos va avoir un impact considérable dans l'art byzantin, favorisant le développement des scènes de la Nativité, et donnant progressivement naissance à une iconographie de la Vierge en majesté et de la Vierge à l'Enfant.


La Theotokos entre Constantin ( lui offrant à droite la ville qu'il a fondée ) et Justinien ( lui offrant Ste-Sophie ) ; la Vierge est ici en majesté, assise sur un trône, et de chaque côté se trouvent des médaillons avec les abréviations de " Maria Theotokos " ( mosaïque byzantine, vers 990, narthex de Ste-Sophie de Constantinople).


A la lumière de ce contexte historique, le Diptyque de Milan prend tout son sens. L'allusion aux apocryphes pour illustrer des scènes de la vie de la Vierge, même s'ils sont alors déjà rejetés mais pas encore condamnés, s'explique par le besoin des artistes de bénéficier de détails afin de créer une iconographie. D'autre part, la mise en relation étroite de scènes de la vie de Marie et de celles de Jésus relève des principes énoncés par les conciles. Cette oeuvre témoigne donc d'une étape dans le développement du culte marial et de sa traduction dans l'art paléochrétien. Elle montre aussi comment l'influence byzantine fait entrer en Occident des thèmes issus de débats ayant eu lieu en Orient, et dont les prototypes s'y sont élaborés.



Notes :


1- Présentation et Références aux apocryphes .

2- Terme traduit en latin par celui de " Dei Genitrix ".

3- Cyrille d'Alexandrie (366-444), patriarche d'Alexandrie en 412.

4- Nous aurons l'occasion de voir en particulier ce que l'iconographie de la Vierge à l'Enfant doit à celle d'Isis allaitant Harpocrate, dont le culte était très répandu dans le monde romain tardif. Les rapprochements sont parfois très étonnants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Horizons des Arts
commenter cet article

commentaires

Taidh 24/08/2009 10:12

Pitié majesté ! Ne maltraitez pas votre peuple !
;o)

J'ai été à une exposition sur l'artiste Lotte Reiniger (papier découpé et film en papier découpé). Je connaissais déjà son oeuvre, mais j'ai appris plusieurs choses sur ses inspirations. Il y avait notamment le Karagiozis ou Karaghiozis, théatre d'ombre grec qui vient au départ d'Orient, de Turquie essentiellement.
Je me demandais si tu ne pouvais pas me conseiller de la documentation à ce sujet. Si tu connais bien sûr (mais le pharaon n'est-il pas ominiscient ?), sinon je t'aurais peut-être donner une piste pour un art merveilleux.

Taidh

Kaaper Nefredkheperou 25/08/2009 20:40



Oh, je ne suis qu'un prêtre au service de pharaon


Je ne connais pas du tout, même si j'ai déjà entendu parler du théâtre d'ombres turc. Il faudrait demander à notre amie Corinne. Mais en effet je vais de ce pas découvrir ça, merci ;)



Taidh 23/08/2009 15:35

Tu réussis admirablement à analyser un aspect sans te perdre dans le tout. Je suit parfaitement tes explications et te suis reconnaissante de ne pas vouloir tout dire et tout montrer de manière lourde et exhaustive.

Un autre univers... je suis curieuse de voir cela ;o)

Taidh

Kaaper Nefredkheperou 23/08/2009 20:11


Allah yekhalleeki, heureux que le pari soit réussi ; l'une des idées des Horizons, c'est aussi d'ouvrir des pistes et ensuite que chacun poursuive la rencontre si cela l'intéresse plus
particulièrement. Quand un sujet est complexe et présente plusieurs aspects intéressants, je préfère y consacrer plusieurs articles spécifiques ; c'est plus agréable pour tous, je pense, pour le
lecteur mais aussi pour le scribe

Oui, nous allons changer totalement d'horizon artistique la prochaine fois... Je n'en dirai pas plus pour le moment - la cruauté pharaonique


Taidh 20/08/2009 11:49

Merci pour cette clarté et cette concision !

Kaaper Nefredkheperou 23/08/2009 14:53



Allah yekhalleeki
Il y a tellement d'éléments intéressants dans une oeuvre comme celle-là qu'il n'est effectivement pas facile de se brider pour aller à l'essentiel.


La prochaine fois, nous changerons totalement d'univers... mais chut, je n'ai rien dit, ça reste entre nous


Bises de Provence,


Kaaper



gene 12/08/2009 00:08

votre article est très intéressant , j'y apprends plein de choses que je ne connaissais pas.

Kaaper Nefredkheperou 23/08/2009 14:26


Merci, tout le plaisir dans Beyt Kaaper est dans le partage.
Amitiés,
Kaaper


Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives