Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 08:30

Noël est sans doute l'une des fêtes provençales les plus importantes, celle à laquelle, en tout cas, restent attachées le plus de traditions très anciennes1 - même si beaucoup ont hélas totalement disparu au cours des dernières décennies. Pour commencer cette semaine de Noël, je vous propose donc de découvrir parmi ces traditions , en suivant l'horizon linguistique que nous avions ouvert dans un précédent article, des chants traditionnels en langue provençale. Il y en a beaucoup, dont la plupart des Provençaux connaissent au moins l'air et le refrain. Mais j'ai opté pour deux des plus anciens, puisqu'ils ont été écrits et composés au XVIIe s. : " La Cambo me fai mau " et " Canten Nouvè ".

PortraitTambourinaire
Un tambourinaire du XVIIIe s., frappant le tambourin de la main droite et jouant du galoubet de la main gauche - différent du fifre, qui se joue seul, puisque c'est une flûte traversière.

Leur auteur, Nicolas Saboly ( 1614 - 1675 ), est sans doute le plus illustres des auteurs de chants de Noël provençaux ; ils se sont transmis dans les traditions populaires et familiales depuis bientôt quatre siècles, et sont toujours joués et chantés à cette période. C'est en 1655 que Saboly semble commencer à concevoir ses premiers noëls2, publiés pour la première fois en 1668. De cette date à 1674, pas moins de sept autres publications verront le jour de son vivant. En 1699, l'imprimeur Michel Chastel réunit l'ensemble des 62 noëls qui avaient été publiés du vivant de leur auteur ; deux autres seront ajoutés à l'édition de 17043.

Un mot, pour terminer ce préambule, sur leur portée linguistique. La langue de Saboly est un mélange de dialectes rhodanien et maritime4 ; il adopte par exemple le pluriel en " -ei " du provençal maritime ( " lei / dei " au lieu de la forme rhodanienne, aujourd'hui considérée comme classique, " li / di " ), ou encore le pronom maritime " li " au lieu du rhodanien " éi ". Cela s'explique par le fait qu'il soit originaire d'une zone de contact entre les deux dialectes, puisqu'il est né à Monteux et a passé l'essentiel de sa vie en Avignon et à Carpentras. Au-delà de la tradition de Noël, il s'agit donc aussi d'un témoignage d'une époque où la langue provençale est encore pour peu de temps une langue écrite, avant de se voir définitivement supplantée par le français.

Tambourinaire-XVIII 2


Mais place à présent aux textes de ces chansons. Je vous donne le texte en provençal selon la graphie de Saboly et non leur transcription en rhodanien comme c'est souvent le cas, et en regard la traduction en français, comme toujours délicate : on perd beaucoup, comme dans toute traduction. Certaines expressions provençales sont difficiles à rendre en français, car elles n'y ont pas d'équivalent ; de même certains jeux de mots sont impossibles à rendre, et pourtant le provençal est savoureux à cet égard. Cependant, j'ai fait de mon mieux pour que vous ayez l'essentiel du sens ; quelques précisions seront données en notes de fin d'article. Le premier texte témoigne du goût des Provençaux pour l'humour, dans la veine de la littérature burlesque de cette époque, même dans ce contexte religieux ; la religiosité provençale n'a rien d'austère. Dans le second, on retrouve l'esprit qui préside à l'élaboration de la crèche provençale : mêler la culture populaire et le religieux. Malheureusement, à mon grand regret, je ne vous ai pas trouvé sur le net d'interprétation satisfaisante de ces chants pour illustrer de façon sonore l'article : il ne vous reste donc qu'à venir en Provence nous entendre les chanter...



la-cambo.jpg





 

Texte provençal Traduction en français


Li a proun de gènt

Que van en roumavage5,

Li a proun de gènt

Que van en Betelèn.

Li vole ana,

Ai quàsi proun courage,

Li vole ana,

S'iéu pode camina.


La cambo me fai mau,

Bouto sello, bouto sello ;

La cambo me fai mau,

Bouto sello à moun chivau.


Tous lei bergié

Qu'èron sus la mountagno,

Tous lei bergié

An vist un messagié

Que li a crida :

Metès-vous en campagno6 !

Que li a crida :

Lou Fiéu de Diéu es na !


La cambo me fai mau, ...
 

En aquest tèms

Lei fèbre soun pas sano ;

En aquest tèms

Lei fèbre valon rèn ;

Ai endura

Uno fèbre quartano,

Ai endura

Senso me rancura.


La cambo me fai mau, ...
 

Un gros pastras7

Que fai la catamiaulo8,

Un gros pastras

S'envai au pichot pas ;

S'èi revira,

Au brut de ma paraulo ;

S'èi revira,

Li ai di de m'espera9.
 

La cambo me fai mau, ...
 

Aquéu palot

Descausso sei sabato,

Aquéu palot

S'en vai au grand galop ;

Mai, se'n-cop l'ai,

Li dounarai la grato,

Mai, se'n-cop l'ai,

Iéu lou tapoutarai10.
 

La cambo me fai mau, ...
 

Ai un roussin11

Que volo dessus terro,

Ai un roussin

Que manjo lou camin !

L'ai acheta

D'un que vèn de la guerro :

L'ai acheta,

Cinq escut de pata12.
 

La cambo me fai mau, ...
 

Quand aurai vist

Lou Fiéu de Diéu lou Paire,

Quand aurai vist

Lou Rèi de Paradis,

E quand aurai

Felecita sa maire,

E quand aurai

Fa tout ço que déurrai,
 

N'aurai plus ges de mau,

Bouto sello, bouto sello,

N'aurai plus ges de mau,

Bouto sello à moun chivau.


Il y a beaucoup de gens

Qui vont en pèlerinage,

Il y a beaucoup de gens

Qui vont à Bethléem.

Je veux y aller,

J'ai presque assez de courage,

Je veux y aller,

Si je peux cheminer.


La jambe me fait mal,

Mets la selle, mets la selle ;

La jambe me fait mal,

Mets la selle à mon cheval.


Tous les bergers

Qui étaient dans la montagne,

Tous les bergers

Ont vu un messager

Qui leur a crié :

Mettez-vous en route !

Qui leur a crié :

Le Fils de Dieu est né !


La jambe me fait mal...
 

En ce moment,

Les fièvres ne sont pas guéries ;

En ce moment,

Les fièvres ne valent rien de bon ;

J'ai enduré

Une fièvre quarte,

J'ai enduré

Sans me plaindre.


La jambe me fait mal...
 

Un gros pâtre lourdaud

Qui marche en catimini,

Un gros pâtre lourdaud

S'en va à petits pas ;

Il s'est retourné,

Au son de mes paroles ;

Il s'est retourné,

Je lui ai dit de m'attendre.
 

La jambe me fait mal...
 

Ce lourdaud

Déchausse ses souliers,

Ce lourdaud

S'en va au grand galop ;

Mais si je l'attrape,

e lui donnerais une frottée,

Mais si je l'attrape,

Je le tapoterais.
 

La jambe me fait mal...
 

J'ai un roussin

Qui vole au-dessus de la terre,

J'ai un roussin

Qui dévore le chemin !

Je l'ai acheté

A un qui revient de la guerre :

Je l'ai acheté

Cinq écus de patac.
 

La jambe me fait mal...
 

Quand j'aurai vu

Le Fils de Dieu le Père,

Quand j'aurai vu

Le Roi du Paradis,

Et quand j'aurai

Félicité sa mère,

Et quand j'aurai

Fait tout ce que je dois,
 

Je n'aurai plus mal,

Mets la selle, mets la selle ;

Je n'aurai plus mal,

Mets la selle à mon cheval.

( traduction Kaaper Nefredkheperou )
Avec une pensée particulière pour ma pauvre Marthe, ma " grand de couer " ( ma grand-mère de coeur ), avec laquelle je la chantais...


santon tambourinaire


canten-nouve-copie-1.jpg





Texte provençal Traduction en français


Pèr noun langui13 long dóu camin,

Counten quauco sourneto ;

Sus lou fifre e lou tambourin,

Disen la cansouneto.

 

Canten Nouvè Nouvè Nouvè

Nouvè sus la museto,

Canten Nouvè Nouvè Nouvè

Nouvè sus la museto


Lou tèms nous a gaire dura.

Ves' eici la granjeto :

Lou bèu premié que li intrara,

Que lève la barreto.


Canten Nouvè...


Helas ! moun Diéu ! lou bel Enfant !

Coume pren la pousseto!

Dirias avis que mor de fam :

Regardas coume teto !


Canten Nouvè...

 

Ai d'iòu de farino e de la

Emai uno casseto15 ;

S'avièu de fiò li aurièu lèu fa

Uno bono poupeto.

 

Canten Nouvè...


Lou pichot es mai mort que viéu ;

Jóusè fai lei tacheto :

Dounas-me vite lou fusiéu,

La sinso15 e lei brouqueto.


Canten Nouvè...

 

L'enfant es fre coume de glas :

Pourgès-me l'escaufeto ;

Tenès, cauffas-li soun pedas,

Coumaire Guihaumeto.

 

Canten Nouvè...


Aquesto crùpi vai au sòu,

Coucha 'quelo saumeto16.

Venès qu'estacaren lou biòu :

Prestas-me vòstei veto.


Canten Nouvè...

 

Bono Vierge, Maire de Dièu,

Bello e jouino bruneto,

Nàutrei vous anen dire adiéu,

Vous leissen pas souleto !

 

Canten Nouvè...


Pour ne pas nous languir en chemin,

Nous racontons quelques histoires ;

Au son du fifre et du tambourin,

Nous poussons la chansonnette.

 

Chantons Noël, Noël, Noël,

Noël sur la musette,

Chantons Noël, Noël, Noël,

Noël sur la musette


Le temps ne nous a guère semblé long.

Voici la petite grange :

Le tout premier qui y entrera,

Qu'il enlève la barre.


Chantons Noël...


Mon Dieu ! le bel Enfant !

Comme il prend le sein !

Je suis d'avis qu'il est mort de faim :

Regardez comme il tête !


Chantons Noël...

 

J'ai des oeufs, de la farine et du lait,

Avec un petit poêlon ;

Si j'avais du feu je lui aurais vite fait

Une bonne petite soupe.

 

Chantons Noël...


Le petit est plus mort que vif ;

Joseph grelotte de froid :

Donnez-moi vite le fusil,

La sinse et les allumettes.

Chantons Noël...

 

L'enfant est froid comme la glace :

Faites-moi passer la chaufferette ;

Tenez, chauffez-lui son berceau,

Commère Guillaumette.

 

Chantons Noël...


Cette crèche s'écroule,

Couchez cette petite ânesse.

Venez qu'on attache le boeuf :

Prêtez-moi vos liens.


Chantons Noël...

 

Bonne Vierge, Mère de Dieu,

Belle et jeune brunette,

Nous autres nous allons vous dire adieu,

Nous ne vous laissons pas toute seule !

 

Chantons Noël...

( traduction Kaaper Nefredkheperou )


Tambourinaire-XVIII


Notes :

1- Par exemple la tradition du blé et des lentilles de la Ste Barbe, dont nous avions parlé précédemment et dont l'origine remonte à l'Egypte antique à travers la diffusion du culte d'Isis dans le monde romain.
2- Un poème ou chant de Noël est appelé " noël " sans majuscule. En provençal, Noël se dit " Nouvè ".
3- Certains noëls longtemps attribués à tort à Saboly ont été enlevés du corpus de son oeuvre.
4- Pour les dialectes provençaux, voir l'article d'introduction à la langue provençale.
5- Roumavage, comme Roumiéu ( " pèlerin " ) viennent du nom de Rome, qui était la principale destination de pélerinage pour les chrétiens provençaux.
6- Difficile de rendre le sens du jeu sur les mots qui existe ici en provençal.
7- Le suffixe -as ( masculin ) / -asso ( féminin ) est un augmentatif qui donne le sens de gros, grand ; par exemple, une " bestiasso " c'est une grosse bête. Mais pastras signifie aussi " lourdaud " ; pour traduire en français en conservant tout le sens, il faut donc parler ici de  " gros berger lourdaud ".
8- Expression très difficile à rendre en français, là encore, et les Félibres eux-mêmes peinent à en donner le sens exact ; c'est à la fois se déplacer comme un chat qui se faufile, mais aussi selon le contexte être pleurnichard...
9- Si un Provençal vous " espère ", c'est qu'il vous attend...
10- Tapoutara signifie " tapoter ", mais aussi " malmener, maltraiter " ; après avoir hésité, j'ai gardé en français " tapoter " même s'il n'est pas totalement satisfaisant, car " rosser " aurait été un sens trop fort dans ce contexte humoristique, dans un chant de Noël, et n'aurait pas rendu le sens provençal.
12- Le patac, une ancienne petite monnaie de billon provençale valant 1/7e de sou. Le système monétaire provençal, encore conservé sous Louis XIV dans cette province à côté des monnaies françaises, était relativement complexe.
13- Le verbe langui en provençal signifie précisément " s'ennuyer dans l'attente de " ; c'est pourquoi j'ai conservé " se languir " dans la traduction car le sens est assez proche.
14 - Un petit poëlon de laiton provençal.
15- Une " sinso " ( orthographié " cinso " par la graphie rhodanienne moderne félibréenne ) en provençal, c'est un chiffon, avec divers usages ( par exemple pour nettoyer, faire la poussière, car cinso peut aussi signifier la poussière ), un mot impossible à traduire exactement. Ici, à cette époque, c'était un linge charbonné qui servait à allumer le feu, comme ailleurs l'amadou.
16- Le suffixe -et ( masculin ) / -eto ( féminin ) sert à former des diminutifs et est le contraire de -as / -asso. Une " saumo ", c'est une ânesse et une " saumeto " une petite ânesse en âge d'être sevrée ( avec l'équivalent masculin " saumet " ) ; " saumetoun " désigne un ânon mâle ou femelle qui tête encore.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Mon Horizon de Provence
commenter cet article

commentaires

Michael 08/11/2010 14:11


Bonjour, pourriez-vous m'aider à traduire 1 ou 2 Noels
(2 couplets seul) de Nicolas Saboly?
Ce serait une traduction du sens générale pour une version chantable dont je m'occuperait. Merci de votre réponse:
m.curti@perso.ch
Michael


Kaaper Nefredkheperou 19/11/2010 12:40



Bonjour / Bouanjour (en provençal maritime varois ),


Désolé pour le délai de réponse. C'est bien volontiers que je vous aiderai. Je vous envoie un mail privé pour voir de quels noëls il s'agit et comment nous procédons.


Cordialement,


Kaaper



gene 22/12/2009 22:31


la 1 er chanson ne m'est pas inconnue . de bonnes fêtes . bonne soirée


Corinne 21/12/2009 13:26


Je te souhaite un Très Joyeux Noël et une Très Bonne Nouvelle Année!!!!
Santé, Joies et Bonheur pour toi et tous ceux que tu aimes!!!!!

Kala Xristougiennia kai Xronia Polla!!!!

A l'An qué ven!!

Corinne


Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives