Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 15:18

Je voudrais aujourd'hui partager avec vous une découverte qui m'a véritablement enthousiasmé, ce qui est relativement rare me concernant en matière de cinéma. Le film de Julie Delpy " La Comtesse ", sorti en salle en France en avril 2010, est quasiment passé inaperçu et n'a pas bénéficié de la médiatisation qu'apparemment on ne réserve qu'aux oeuvres médiocres. A quelques exceptions près, la critique n'a pas été tendre avec ce film et les 120 000 entrées laissent à penser que nos contemporains n'ont décidément pas de goût. C'est pourtant l'un des meilleurs films historiques qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps, de ceux que l'on veut voir et revoir pour en savourer les détails qui échappent au premier visionnage.

 

 

affiche-la-comtesse.jpg

 

 

Le sujet était pourtant périlleux, et aurait pu tomber dans ces travers que sans doute le public attendait. Qui n'a pas entendu parler de la célèbre comtesse Báthory, l'une des figures les plus sombres de l'histoire ? Erzsébet Báthory, née en Hongrie en 1560, est restée dans l'imaginaire collectif la " Comtesse sangl ante " qui se baignait dans le sang de ses victimes dans l'espoir de conserver la jeunesse éternelle. On aurait donc pu s'attendre à du sanguinolent à outrance, dans l'air du temps. L'écueil a été très habilement évité, même si cet aspect n'est pas éludé : le film va tout simplement bien au-delà.

 

Ceux qui apprécient les films historiques à la reconstitution soignée seront comblés : les costumes et les décors ont ce qu'il faut de justesse, sans tomber dans le double piège des anachronismes à la mode d'aujourd'hui et du savant à outrance. Car l'une des caractéristiques de ce film est en toute chose la sobriété, une sobriété qui lui donne précisément tout son relief. On retrouve cette sobriété et cette justesse dans les images, avec en particulier une lumière soigneusement travaillée qui coïncide avec l'atmosphère de l'époque tout en contribuant à l'ambiance inquiétante. Les métaphores sont nombreuses et utilisées avec finesse. Les dialogues, pour leur part, sont véritablement ciselés, chaque mot sonne juste et rien n'est laissé au hasard. C'est avec grand plaisir qu'on savoure une langue maîtrisée, sachant utiliser ce qu'il faut de référence au parler de la Renaissance finissante pour se plonger dans le temps. Les réparties de la Comtesse constituent à de nombreuses reprises un pur régal.

 

Quant au contenu, il me paraît échapper avec beaucoup de talent à tous les dangers de ce genre de sujet. L'une des grandes et agréables surprises de ce film réside dans l'angle sous lequel l'histoire est abordée. Julie Delpy a su donner à sa Comtesse un équilibre entre folie et humanité, elle n'en fait pas un monstre comme certains auraient pu s'y attendre mais nous dépeint une femme dans sa personnalité complexe : un caractère bien trempé, et pourtant faible devant les tourments de la passion et l'angoisse du temps qui passe ; une femme entraînée toujours plus loin dans la folie, et qui reste pourtant si lucide face au monde. Elle interprète elle-même avec brio ce personnage dont on sent qu'elle l'a sinon aimé en tout cas compris : malgré l'horreur de ses actes, Erzsébet Báthory ne perd pas totalement son humanité. Sans tomber dans l'intellectualisme outrancier qui rend certains films indigestes, " La Comtesse " distille des sujets de réflexion sur des thèmes éternels, et donc susceptibles d'avoir un écho dans notre époque : bien entendu, la course après l'éternelle jeunesse, mal dont souffre notre temps sans doute plus qu'aucun autre auparavant ; mais largement au-delà, la passion, le rapport au monde et à ses travers, les mécanismes complexes qui mènent à l'obsession, la féminité et ce qu'on exige d'elle... Une sensibilité sans mièvrerie, un regard sans jugement et pourtant sans complaisance.

 

Une oeuvre cinématographique prend toujours un parti quand elle s'inspire de faits historiques. Et que ce soit au cinéma ou en littérature, il faut inévitablement opérer des choix, combler des lacunes, interpréter et quelquefois forcer le trait pour construire un scénario à partir d'un personnage historique. Le tout est de savoir doser, et pour ma part je trouve que ce film-ci s'en sort remarquablement. Certains ont reproché à Julie Delpy d'avoir retenu celui du complot des membres de la famille d'Erzsébet Báthory qui convoitaient ses biens. Même si cette hypothèse ne fait pas l'unanimité chez les historiens, elle appartient néanmoins aux ressorts possibles de ce drame. On ignore toujours, malgré les poursuites en justice engagées à l'époque, ce qu'il en est véritablement. Et on l'ignorera sans doute toujours : le rang de la dame lui a épargné le véritable procès, et de ce fait amené la disparition vraisemblable de certains documents. Le choix de Julie Delpy ne peut donc être blâmé, et du reste elle ne s'en sert nullement pour innocenter son personnage principal. De même, le rôle de la liaison entre la comtesse Báthory et son jeune cousin n'est pas historiquement avéré ; mais là encore cette interprétation, puisqu'elle fait partie des pistes possibles, ne nuit en rien à la crédibilité du propos.

 

Bref, un film que je recommande vivement à tous ceux qui apprécient les films historiques de qualité, à contre-courant de la médiocrité cinmatographique qui tient  hélas le haut de l'affiche. Une oeuvre, véritablement, pas l'un de ces films qu'on oublie très vite après les avoir visionnés. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Chroniques de Kaaper
commenter cet article

commentaires

iloucat 26/08/2011 11:06


J'ai regardé ce film hier soir à la suite de votre article.C'est un film sobre qui décrit un caractere de femme complexe.Elle est cruelle certes,mais pas completement inhumaine.Ele est parfois
émouvante.C'est un trés bon film loin de la médiocrité ambiante.Tout y est interessant:l'époque où se passe l'action ,les costumes...En plus j'ai découvert que Julie Delpy en est la réalisatrice et
en a composé la musique.Quelle femme talentueuse .Ce que j'ai aimé aussi c'est l'intelligence et la finesse des dialogues.Merci de cette découverte


Kaaper Nefredkheperou 21/10/2011 07:30



Heureux si l'article vous a incité à regarder ce film et vous a permis une belle découverte, là est tout le plaisir du partage. Tout sonne juste dans ce film, à mon sens ; il est de ceux que l'on
voit et revoit avec plaisir.


Amitiés,


Kaaper



Corinne 07/08/2011 17:06


Je suis très étonnée de ne pas l'avoir vu passé au "Renoir" à Martigues ou au "Méliès" à Port de Bouc qui sont pourtant 2 cinémas qui proposes toujours de bons films!! à moins que l'ai manqué quand
j'étais en voyage... dommage!! merci pour le "tuyau" et je ne le manquerai pas si un jour il est rediffusé.
Polla filia!!!
Corinne


Kaaper Nefredkheperou 21/10/2011 07:33



Il n'est resté que très peu de temps à l'affiche. C'est navrant quand on voit la qualité de ce film par rapport aux navets qui restent des semaines en salle. Je te le recommande vivement, je suis
certain qu'il te plaira.


Polla filia !


Kaaper



kevin 02/08/2011 20:00


c'est en effet un excellent film, très bien joué.


Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives