Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 08:02

Parmi les voyageurs qui ont fait une longue traversée pour se rendre en Egypte autrefois, on trouve l'histoire d'une certaine Etheria1, au IVe s. , qui a laissé un récit : "Peregrinatio - Itinerarium Aetheriae", parfois appelé en français "Voyage de la Vierge Etherie". Ce récit, sans doute le plus ancien, nous est connu par un manuscrit en latin du XIe s. (Bibliothèque d'Arezzo, ms. 405) redécouvert en Italie en 1884 et publié en 1887. De plus, le moine espagnol Valerio de Bierzo, qui évoque ce texte, a dressé au VIIe s. une carte de ce périple. Le texte conservé est hélas incomplet

 

 

Mais qui est Etheria ? A vrai dire on l'ignore. Ses origines sont controversées, certains affirmant qu'elle est de souche gauloise ; mais il semblerait plutôt que notre voyageuse soit issue d'une famille patricienne romaine du nord-est de l'Espagne. D'après Valerio de Bierzo, elle serait une moniale, et certaines expressions dans le récit lui-même laissent à penser qu'elle était en effet religieuse, peut-être même supérieure d'un couvent. Rappelons cependant que la fin du IVe s. marque les tous débuts du monachisme en Occident.

 

 

 

  egypte-carte-monasteres2.jpg

 

 L'Egypte byzantine et ses monastères :

en rose, les monastères visités par Etheria.

 

 

 

Toujours est-il qu'Etheria se rend en Orient pour y rencontrer les communautés monastiques. N'oublions pas que le monachisme est né dans les déserts d'Egypte et que c'est à partir de là qu'il a rayonné en Orient puis en Occident. Pour cette moniale, c'est donc également en quelque sorte un retour aux sources en plus d'un pélerinage en Terre Sainte. Elle gagne d'abord Constantinople, puis poursuit par Jérusalem, où elle arrive en 381 ; par l'intermédiaire de l'évêque Cyrille de Jérusalem, elle rencontre les communautés monastiques de la ville, dont elle note les pratiques, et se lie d'amitié avec Mélanie l'Ancienne et Rufin d'Aquilée.

 

 

 

kellias.jpg

Vestiges des Kellia de Nitrie.

 

 

 

C'est en 382 qu'elle quitte Jérusalem pour gagner l'Egypte via la Palestine. Elle se rend d'abord à Alexandrie, où vit de longue date une importante communauté chrétienne, puis gagne sans tarder les communautés de Nitrie, à une quarantaine de kilomètres d'Alexandrie. La Nitrie est cette région où les anciens Egyptiens extrayaient le natron destiné à la momification. Le premier à s'y installer fut un certain Amun (ou Amman), disciple d'Antoine de Thèbes, qui y fonda vers 330 ce qu'on appelle les " Kellia ", cellules individuelles dans lesquelles vivaient les moines dans la solitude du désert. Etheria a-t-elle eu l'occasion de rencontrer le fondateur ? Le texte ne le dit pas. Puis elle se rend au Wadi Natrun (appelé en latin " Vallis Nitria ", ou encore " désert de Skété " pour les Grecs), situé environ 50km plus au sud, où Macaire le Grand s'est retiré de 335 à 390 et a fondé le premier véritable monastère de cette zone, appelé monastère de st Macaire ou Deir Abu Maqâr ; elle y rencontre Macaire, mais aussi Evagre le Pontique, respecté pour sa vie ascétique et ses écrits.  Puis elle descend vers le sud pour visiter les monastères de Phbôou (près de Dishna) et Tabennesi (près de Denderah), fondés par Pacôme dans les années 330-340 au nord de Thèbes (Louqsor). A Thèbes, elle voit les colosses de Memnon, qu'elle prend pour les statues de Moïse et d'Aaron !  Elle remonte ensuite en direction du Sinaï, visite bien entendu le monastère de Sainte-Catherine, dont elle fait une intéressante description, puis remonte vers la Palestine en suivant les étapes supposées de l'Exode.

 

 

35cc9d91fb00c80ddcec54767f9b928a.jpg

Saint Macaire le Grand (en arabe Anba Maqâr el-Kebîr),

fondateur du monastère qui porte son nom.

 

 

Son périple s'achève par la traversée de la Césarée Maritime (l'actuelle Syrie) et le retour à Constantinople, où s'achève le récit. On imagine aisément l'aventure qu'a dû être un tel périple à cette époque !

 

 

 

pachomius.gif

Saint Pacôme (Anba Bâkhûmyûs),

avec l'inscription en arabe : al-Anbâ Bâkhûmyûs.

 

Le récit d'Etheria nous fait découvrir les premières communautés monastiques d'Egypte et des grandes figures de ce mouvement, que nous aurons l'occasion de rencontrer dans des articles ultérieurs de nos Horizons coptes.

 



1- Dite aussi Egeria (francisé en " Egérie " ). 

 

 

Liens :

 

- le  texte original en latin, avec ses deux parties. Le voyage en Egypte est évoqué dans la première partie.

- une traduction en anglais datant de 1919.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Voyages en Egypte
commenter cet article

commentaires

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives