Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 20:04

 

 

 

Le Cyprès chauve a la particularité d'avoir un feuillage caduc, contrairement à d'autres conifères. Cet arbre magnifique, âgé de plus de deux siècles, est méconnu de nombreux Toulonnais eux-mêmes...

 

 

 

Dans notre jardin de Beyt Kaaper, une plantation de choix aujourd'hui : un vénérable cyprès chauve de Toulon, dont la bouture fut ramenée d'Amérique du Nord en 1797 pour orner le Jardin Botanique de la Marine. Il a été planté par Gaspard Nicolas Robert ( Toulon 1776 - 1857 ), pharmacien et directeur de l'Ecole de la Marine ; ce même Robert s'est également distingué au XIXe s. en entreprenant le reboisement du mont Faron qui domine la ville de Toulon. Aujourd'hui situé dans la cour de l'hôpital Chalucet, le plus vieil arbre de Toulon est une véritable page d'histoire.

 

 

 

 

 

Ici couvert de son feuillage, le Cyprès chauve de l'ancien Jardin Botanique de la Marine se dresse encore fièrement dans la cour d'entrée de l'hôpital Chalucet, dominant de sa masse imposante les arbustes du Jardin de la Ville voisin...

 

 

 

 

Il témoigne d'abord de la présence en ce lieu du vaste Jardin du Roy, fondé sous Louis XIV en dehors de l'enceinte de la ville et dont il ne subsiste que la Maison du Roy, dont nous reparlerons. Quelques années plus tôt, Louis XIV, venu en visite à Toulon en 1660, avait pu admirer dans le voisinage le jardin de la maison de campagne du chevalier Paul avec ses orangers et plantes rares. Au XVIIIe s. , une partie du Jardin du Roy est concédée pour la construction aux frais de l'évêque de Toulon, monseigneur Bonin de Chalucet, de l'Hôtel-Dieu, devenu l'hôpital qui porte aujourd'hui son nom. Par la suite, le jardin est devenu Jardin Botanique de la Marine, où l'on plantait des essences rares ramenées du monde entier, Toulon étant un port militaire où transitaient et stationnaient des troupes coloniales ; les officiers de Marine introduisirent ainsi de nombreuses essences, dans ce jardin mais aussi dans leurs propriétés de la campagne environnante. Jusqu'à ce qu'à la faveur des travaux d'aggrandissement de l'hôpital et de la ville, on décide de déplacer le Jardin Botanique de la Marine sur la presqu'île de St-Mandrier ; la plupart des arbres y furent transplantés, sauf notre cyprès chauve. Enfin, le jardin devint ce qu'il est encore aujourd'hui : le Jardin de la Ville. Le cyprès chauve est toujours là pour témoigner de l'histoire des lieux, lui qui était tout jeune lorsqu'embarqua à Toulon l'expédition d'Egypte * ...

 

 

 

 

 

 

Apposée sur son tronc, une plaque vient rappeler qu'il a été honoré en son temps du titre de " Plus beau sujet de France "... 

 

 

 

* en 1798

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans El genena- Jardin imaginaire
commenter cet article
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 12:42

Aujourd'hui, pour le 1er mai, nous allons planter dans notre jardin de Beyt Kaaper du muguet...

 Bonne journée du
1er mai
à tous !


Fêter le travail, il faut le faire, me direz-vous : quelle idée !!! Fêter le Printemps, fêter l'amour, la joie, l'amitié, etc. ... on comprend, mais le travail ! C'est que dans nos sociétés occidentales encore très imprégnées de l'esprit de la bourgeoisie d'Ancien Régime et du XIXe s. , le travail est considéré comme une vertu... Personnellement, le travail est une obligation pour survivre, mais la vie est ailleurs que dans le travail... Vous ne croyez pas ? Bon, en réalité, ce n'est pas le travail que cette journée célèbre, mais la lutte de ceux qui travaillent, nuance.

En dehors de cette petite pique kaaperesque, pourquoi le 1er mai ? En général, on l'ignore. Tout commence en fait avec une grève aux Etats-Unis, en 1886, par laquelle les travailleurs obtiennent la journée de 8h00, une véritable révolution à cette époque. C'est en 1890 que le 1er mai est choisi comme date de manifestation des travailleurs par l'Internationale socialiste. Et c'est en 1907 que le muguet devient le symbole de cette journée en France, fleur qui était symbole de printemps et de renouveau. Plus étonnant, c'est sous l'odieux régime de Vichy que le 1er mai devient officiellement un jour chômé sous le nom de fête du Travail. Enfin, c'est en 1947 que cette date devient un jour chômé et payé. Voilà résumée en quelques mots l'étonnante histoire du 1er mai.

Au-delà de la tradition largement vidée de son sens et devenue surtout une affaire commerciale juteuse, une occasion de se souvenir de l'âpre lutte qu'ont dû mener nos aïeux pour obtenir quelques droits. En ces temps de mollesse générale, il n'est pas inutile de rappeler que les grèves de la fin du XIXe s. et du début du XXe s. , par lesquelles les ouvriers occidentaux ont obtenu un peu plus d'humanité dans leur travail, se sont souvent soldées par une répression sanglante et que c'est parfois au prix de leur vie que des femmes et des hommes ont fini par obtenir de ne plus être traités comme ils l'étaient.

Aller, assez d'histoire. Profitez de cette belle journée, du long week-end pour les plus chanceux, et humez le parfum délicat de ces brins de muguet.
Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans El genena- Jardin imaginaire
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 16:39


mimosa-ciel_hiver.jpg


Depuis janvier, nos paysages hivernaux se parent de centaines de resplendissantes taches jaunes : ce sont les mimosas, incontournables des jardins de la région depuis le XIXe s. 

mimosa-ciel-bleu_1.jpg


En effet, le mimosa, une variété d'acacia, n'est pas une plante provençale à l'origine. Le mimosa le plus courant que nous connaissions vient d'Australie et les premiers spécimens en furent ramenés en Europe après l'expédition du capitaine Cook en 1771. Joséphine de Beauharnais aurait introduit la première le mimosa en France en faisant envoyer des boutures dans divers jardins botaniques, dont celui de Toulon. Mais il faut attendre le milieu du XIXe s. pour qu'on commence à l'acclimater sur ce qu'on apppelle déjà la "Côte d'Azur". Les aristocrates anglais fortunés qui viennent y passer l'hiver - comme nous en reparlerons au sujet du tourisme dans la région, la Côte d'Azur fut d'abord une destination hivernale ! - en ornent bientôt les parcs de leurs somptueuses demeures. Le mimosa trouve là un climat si favorable qu'il va même s'y développer à l'état sauvage, sortant du cadre bien ordonné des jardins.


mimosa-detail_2.jpg


Dès le XIXe s. , il est employé en parfumerie à Grasse. Pour alimenter les besoins des parfumeries, on plante de véritables forêts de mimosas dans la région. Il est même entré dans le nom d'une commune du Var : Bormes, devenue Bormes-les-Mimosas. Aujourd'hui, les horticulteurs en proposent de nombreuses variétés venues d'horizons divers.


mimosa-ciel-bleu_2.jpg


La plus grande forêt de mimosas d'Europe, bien qu'éprouvée par les incendies, est celle du massif du Tanneron, à la limite entre le Var et les Alpes Maritimes. Une merveille à l'époque de la floraison, de janvier à février.


mimosa-detail_1.jpg


Le mimosa en fleur tient très bien coupé, même s'il est évidemment bien plus beau sur son arbre. Une astuce pour le faire durer : remplir le vase d'eau tiède et non d'eau froide. Il boit beaucoup, donc rajouter régulièrement de l'eau tiède. Attention, son parfum est puissant peut être entêtant.

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans El genena- Jardin imaginaire
commenter cet article
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 23:25

Reprenons les plantations dans notre jardin idéal, avec aujourd'hui des palmiers qu'on trouve ici en Provence Maritime, sur les rives de la Méditerranée, et plus précisément leurs fruits. Car oui, nos palmiers, même loin de leurs terres d'origine, parviennent à faire des dattes. Oh, bien entendu, rien à voir avec les dattes d'Orient, charnues et goûteuses ! Celles-ci sont toutes petites, et se dessèchent avant que d'arriver à maturité ; elles ne font guère le délice que de quelques oiseaux en mal d'exotisme... Mais elles sont là.



dattes_1.jpg




dattes_2.jpg




Voilà qui devrait amuser nos amis qui vivent au Maghreb ou au Mashreq, non ? Un clin d'oeil en particulier à Anne-Marie, Domi et Josiane.

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans El genena- Jardin imaginaire
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 01:18
fleur-neflier.jpg
Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans El genena- Jardin imaginaire
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 07:24

olivier.jpg


Pour commencer
, nous planterons dans notre jardin un olivier, arbre méditerranéen par excellence, fascinant et majestueux. Selon la légende grecque, il aurait été offert aux Athéniens par la déesse Athéna. Apparu d'abord en Méditerranée orientale dès la plus haute Antiquité, il se répandit ensuite dans tout le bassin méditerranéen.

Depuis l'Antiquité, il est chargé de symboles : paix, abondance, prospérité, immortalité, espérance et fidélité...

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans El genena- Jardin imaginaire
commenter cet article

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives