Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 18:32

Ce week-end, nous quitterons un instant l'Orient pour aller de l'autre côté du monde et vous faire découvrir un autre de mes Horizons musicaux. Avec cette grande dame de la chanson québécoise qu'est Diane Dufresne. Une artiste de grand talent, une vraie voix,  de la présence, de la sensibilité et de l'audace, beaucoup de générosité sur scène - de toute sa vie on n'oublie pas un concert de Diane quand on a eu la chance  la voir - et ce brin de folie pour lequel on l'adore. Avec Diane, rarement de demi-mesure : on adore ou on est hermétique, mais elle laisse rarement indifférent. Pas un mais des univers, qu'elle explore dans cette complexité qui fait la richesse humaine et artistique. Une artiste atypique comme je les aime, une autre facette de mon univers musical dans la même veine que d'autres grandes dames " excentriques " comme Nina Hagen ou Lene Lovich ; ce genre d'artiste qui fait du bien dans un monde ultra-formaté, qui ose sans que son talent soit asservi aux règles du profit qui détruit l'art ou du "tout-calculé-tout-prêt-à-ingurgiter-consommer-qui-doit-faire-un-tube " dans lequel la musique actuelle s'englue souvent. C'est cela aussi Beyt Kaaper, des contrastes parfois subtils, parfois forts, qui peuvent être déroutants ; un souci d'ouverture sur des horizons variés...

 

 

Parmi les nombreuses chansons de Diane Dufresne, j'ai longuement hésité tant il y a de véritables bijoux qu'on écoute toujours avec autant de plaisir, de souvenirs et d'émotions. Mais j'ai finalement choisi cette vidéo live de l'une de mes favorites, " Le Parc Belmont " ; une chanson magnifique, avec ici une interprétation originale à la (dé-)mesure de sa sublime extravagance.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 00:53

Cette semaine dans nos Horizons musicaux, une sélection d'albums de chanteurs égyptiens parus en cette année 2008. Evidemment, ce choix est très subjectif, puisqu'il ne se base que sur mon humble avis. Mais qui sait, ce sera peut-être pour vous l'occasion de découvrir de nouvelles musiques ; ou si vous les connaissez déjà, d'échanger nos points de vue. En tout cas, voici un ensemble d'albums égyptiens que j'ai particulièrement appréciés cette année et que je souhaiterais vous recommander.



D'abord, un véritable coup de coeur pour deux chanteurs :


Tamer Seyf
, avec son album « Habeeby ana », une merveille qu'il m'arrive régulièrement d'écouter en boucle. Ici, on trouve à mon goût un excellent compromis entre tradition musicale orientale et influence internationale. Parmi mes chansons favorites, « 3ala nafsak », « Bey'oollo », « Habeeby ana », « Kolle makan » ou encore « Seneeny 3omry »... bref, pratiquement tout l'album. A découvrir d'urgence si vous l'avez manqué.



Osâma Abd el-Ghani
, avec ce nouvel album «  Kollohom ba3ook ». Réellement une belle voix et une maîtrise du chant arabe  au service d'une très bonne musique égyptienne qui sait mêler habilement modernité et aspects classiques. Mes chansons favorites sont sans conteste « Awwel marra yeghlat » , « Ana ekhtarat el-boka' »  et « Ya 3am erHam menny » aux accents classiques. Mais l'ensemble de l'album est une réussite et à découvrir si vous ne le connaissez pas.





Viennent ensuite quatre albums qui sont, à mon goût là encore, de la bonne musique égyptienne :



Ebtesam
, avec son album éponyme  « Ebtesam », qui est très agréable à écouter. Mes chansons favorites sont l'excellente « 'alby khayef » et cette belle chanson douce qu'est « Men el-akher », mais l'album en contient d'autres tout aussi sympathiques, comme « Basse wesh 3aleyhom », « Kam yoom » ou encore « Mafeesh tafahom » - peut-être la plus originale de l'album .





Kareem Aboo Zayd
, avec « 3âyez atgawez », qui mêle tradition musicale égyptienne et modernité de façon assez réussie. Ma favorite est de loin « La banam » (la plus égyptienne), mais on peut retenir aussi l'efficace « 3âyez atgawez », « Leeky » ou « Meen yesada ». Vraiment un bon album.







Mohammed Mohey
, avec « Mazloom », un mélange pour le coup très original de musique égyptienne et d'influence occidentale. « Mazloom » est à mon avis la plus réussie, mais j'ai également aimé « Shababy rakhasto ».





Sa3ad es-Soghayar
, avec « Kollo men kheyrak », dans un registre typiquement égyptien plus léger, qui est à mon avis dans la lignée du célèbre Hakeem, avec ce côté enjoué et kitsch très sympathique. Je vous recommande particulièrement « El-borto'al » et « Insha'a l-llah », mais aussi la chanson-titre « Kollo men kheyrak » ou encore « 3azmak 3ala el-3asha ».





Pour terminer, trois autres qui m'ont sans doute un peu moins convaincu dans l'ensemble, mais qui s'écoutent quand même avec plaisir et dont on peut retenir quelques chansons :



Sh
aza
, avec « Layâly », son 2e album, dont j'ai apprécié « El-layâly », aux accents hispaniques, « Shoofte keteer » ou encore « BetHadedny  ba3dak».





Hâzem
, avec « Hobbak mantahash », de la bonne variété égyptienne globalement. « 'al'an menny » est assez surprenante (je vous laisse découvrir), et j'ai également aimé « Da 'lly Halemt beh », ou encore « Men awwel kelma ».




Hosâm Habeeb
, avec « Gowwa el-'alb », là encore un mélange de variété égyptienne et d'influences occidentales, mais qui m'a moins convaincu : un peu trop calqué sur le modèle international à mon goût. J'en retiendrais surtout la chanson-titre « Gowwa el-'alb » et « Shoofte be-3ayneya ». Mais j'avais nettement préféré son précédent album, "Agmal 'aset Hobb" (2006).
 




Voilà pour ce premier tour d'horizon musical égyptien de 2008. A vous de nous donner votre avis, ou si vous ne les connaissez pas de les découvrir à votre tour et de nous dire ce que vous en pensez. Yalla !
 

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 12:35

Nous reprendrons nos habitudes musicales avec une Libanaise aussi sulfureuse que peut l'être Ruby en Egypte : Dâna Halaby, qui est à la fois mannequin, danseuse ( on annonce à son palmarès un titre de "Miss Danse Orientale"...) et chanteuse. Adulée par les uns et affublée de tous les qualificatifs peu flatteurs par les autres, le moins qu'on puisse dire est que la demoiselle fait parler d'elle et ne laisse pas indifférent ; il suffit de lire les commentaires à son sujet sur le net pour s'en convaincre. Elle relève de cette catégorie de chanteuses orientales qui entretiennent un côté provocateur souvent teinté d'humour, avec tous les clichés du genre et ce kitsch des clips du Mashreq. Pour être franc, ce n'est pas de la grande musique, les paroles sont assez pauvres, mais c'est malgré tout distrayant à écouter et regarder.

Voici d'abord la chanson " BoSS 3aleya " ( بص علية ), single sorti en 2005 et intégré à son précédent album " Enta meen " (2007), avec les paroles. Et en bonus, pour palier le long silence dans Beyt Kaaper, son dernier clip en date, sorti cette année, " Ana el-aSl " ( انا الاصل ).
 


 


 





BoSS 3aleya ( ana Dâna) 


hoSSe hoSSe hoSS

boSS 3aleya boSS

x2


ana Dâna ana Dan Dan

fataH 3eynak tekol malban


Hatshoof raqSy w dalâly

w Hatebqa enta yâ ghâly

kolle Hobby w amâly w ana Hadalla3

HarqoSlak raqSe baladi

da mafeesh aHla men el-baladi

Hanekol w Hanesherab w netshakhla3


hoSSe hoSSe hoSS

boSS 3aleya boSS

x2


w Haqoollak we t(e)qoolly

aghanneelak tesma3ny

Hatshoof raqSy w dalâly

w Hatebqa enta yâ ghâly

kolle Hobby w amâly w ana Hadalla3


la la la Har'oS 3ala tabla w req

la la la Har'oS 3ala tabla w req


ah we ah we ah lamma akoon waya

ah we ah we ah lamma akoon waya

abaSbaSlo w yebaSbaSly

we t(e)hmeslo yeHmesly


Hayshoof raqSy w dalâly

w Hayebqa howa el-ghâly

kolle Hobby w amâly w ana Hadalla3

HarqoSlak raqSe baladi

da mafeesh aHla men el-baladi

Hanekol w Hanesherab w netshakhla3


hoSS hoSS boSS 3aleya boSS

matboSS

hoSS hoSS boSS 3aleya boSS

matboSS

x2


hoSSe hoSSe hoSS

boSS 3aleya boSS

yalla

hoSSe hoSSe hoSS

boSS 3aleya boSS

x3


ana Dâna ana Dan Dan



 

 

 

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 11:23

Pour ce week-end, une chanson qui restera pour moi à jamais liée à un moment fabuleux : l'arrivée au Caire par la route, en 2006. Depuis Hurghada, synonyme d'autres moments merveilleux et inoubliables en compagnie d'Anne-Marie, nous avions longé en convoi - les fameux convois égyptiens ! - les côtes de la mer Rouge en direction de la capitale égyptienne ; un voyage d'un peu plus de 500 km, qui paraît interminable quand l'escorte de police fait du zèle en respectant la limitation de vitesse à 90 km/h. A l'entrée du Caire, l'escorte nous quittait enfin et nos chauffeurs autant que nous étaient soulagés ; ils avaient mis dans le lecteur du minibus ce qui était alors le dernier album de Nancy et furent ravis quand je leur dis que je le connaissais et que j'adorais : du coup, ils mirent la musique à fond, et nous chantions - grande surprise des chauffeurs, Kaaper connaissait un peu les paroles - et tapions dans les mains tandis que el-Qâhira déployait ses lumières dans la nuit. Un grand moment impossible à oublier, à la fois par cette complicité avec les chauffeurs égyptiens et la joie immense de retrouver Le Caire. Je vous raconterai à l'occasion ce voyage dans la rubrique appropriée. Mais ça fait du bien, parfois, de se rappeler des instants de bonheur intense et tout simple à la fois.



 





نانسي عجرم  ـ  معجبة

Nancy Ajram - Mo3gaba


mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa
x2

Hadd yeqoollo
Hadd yeqoollo
enny baHebbo el-Hobbe da kollo
x2

Hadd yeHaneen qalbo 3aleya
ana maksoofa arooHlo w aqoollo

mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa

aywa khatafny b(e)-seHri gamâlo
shooqy baylo we 3ayny aylâlo
x2

khâ'ifa ma-konshi ana elly f(ê) bâlo
ba3di da kollo

Hadd yeqoollo
Hadd yeqoollo
enny baHebbo el-Hobbe da kollo
x2

Hadd yeHaneen qalbo 3aleya
ana maksoofa  aqoollo

mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa

rooHo qoololo baHebbo we mâlo
mo3gaba bêh we Da'iba we maylâlo
x 2

waHeda khalâS 3aysha w 3ayshalo
3omraha kollo

Hadd yeqoollo
Hadd yeqoollo
enny baHebbo el-Hobbe da kollo
x2

Hadd yeHaneen qalbo 3aleya
ana maksoofa arooHlo w aqoollo

mo3gaba moghrama
ana baqa  mosh 3ayza ella howa
mashyeto hamseto naZreto
betHarrak qalby gowwa
x2

mo3gaba moghrama


( album : ya tabtab, 2006 ; je vous recommande d'ailleurs tout l'album, qui est excellent )


Remarques linguistiques :

Le vocabulaire, vous le retrouverez dans la page consacrée au lexique arabe égyptien.

- on remarque le préfixe mo- ( arabe littéral mu- ), qui est utilisé pour former des dérivés : ici par exemple moghrama ( féminin de l'adjectif moghram = amoureux ) qui dérive d'un mot que nous avons déjà rencontré gharâm = la passion (amoureuse).

- l'utilisation des pronoms suffixes avec les mots terminés en -a bref ( ة , la plupart féminins ) : on doit passer par l'utilisation de la forme du pluriel régulier, auquel peut alors s'ajouter le suffixe
ex. naZra -> pluriel naZret -> naZret + -o = son regard ( à lui )

- cette chanson nous fait aussi rencontrer beaucoup de formes où se trouve le pronom personnel suffixe -o qui correspond à la 3e personne du masculin singulier : lui, il. En arabe classique, il s'écrit et se prononce -hu , mais en dialectal le -h disparaît dans la prononciation, ce qui fait que par convention on ne le note pas en transcription ; par contre, si on écrit le mot dialectal en caractères arabes, le -h est maintenu ( n'oubliez pas que seules les consonnes et les voyelles longues s'écrivent ). Vous trouverez une page sur ces pronoms suffixes et leur emploi.
ex. qalbo = son coeur ( à lui ), comme nous connaissions déjà qalby = mon coeur
baHebbo = je l'aime ( lui )

- l'importance de bien distinguer dans la prononciation les voyelles longues et les voyelles brèves, avec un bon exemple de confusion possible qui peut être cocasse :
gamâlجمال ) = beauté
gamalجمل ) = chameau, dromadaire
si vous parlez de son chameau en pensant parler de sa beauté, ça risque de ne pas le faire... bien que ce soit gameel un gamal !

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 08:18

Pour ce week-end, c'est vers la Jordanie que se tourneront nos Musiques des Horizons, avec Ranya Kurdi (en arabe  رانيا الكردي  , Rânyâ el-kurdiy ). Il y a peu de chanteurs jordaniens qui connaissent un grand succès dans tout le Mashreq, mais Ranya en fait partie. Elle est à la fois chanteuse, actrice et présentatrice à la télévision jordanienne. Une chanson assez agréable, extraite de son album " 'Oolly lêh " sorti en 2006 et enregistré au Caire - capitale de la musique au Mashreq, où se rendent de nombreux artistes pour enregistrer leurs albums. Cette chanson, " Shâyef nafsak " , a été un grand succès et est restée en tête des "charts" pendant 3 mois.

Comme toujours, vous trouverez en plus du clip, qui est dans la lignée d'humour de certains clips orientaux que nous avons déjà vus, le texte translittéré, ainsi qu'à la fin quelques remarques linguistiques.

Bon week-end en musique, donc, avec Ranya.



رانيا   الكردي   ـــ   شايف   نفسك



 

 

 







Shâyef nafsak
 

wa garâlak lêh betboSSe lêh keda lêh

mestegharab lêh howa (e)lly 3amelto shwayya


shâyef nafsak bardo shayfa nafsy

wa hawareek yâ qâsy nafsy

w 3amel kolle shê' fê nafsy

gâlak yoom 3arefte enny

qaddak walla khofte menny

qarrab lêh ba3edte 3anny

x2


wa garâlak lêh

mâlak betboSSe lêh keda lêh

lêh mestegharab men elly ana fîh

Sabrak da elly 3amelto shwayya

khod menny kamân w aw3a t(e)fakkar zâyy zamân

HaD3af w abky men el-Harmân

la d(a) enta elly sa3ebt 3aleyya



lêh ma-t(e)'oolly ba3edte 3an makâny

qarrab lessa 3andy tâny w ana di l-waqty gêh zamâny

D3afy khalâS da mâDy 3adda

wa t(e)ghayert men en-nahâr-da

w ana Hatbet lak el-kalâm da



wa garâlak lêh

mâlak betboSSe lêh keda lêh

lêh mestegharab men elly ana fîh

Sabrak da elly 3amelto shwayya

khod menny kamân w aw3a t(e)fakkar zâyy zamân

HaD3af w abky men el-Harmân

la d(a) enta (e)lly sa3ebt 3aleyya



shâyef nafsak bardo shayfa nafsy

wa hawareek yâ qâsy nafsy

w 3amel kolle shê' fê nafsy

gâlak yoom 3arefte enny

qaddak walla khofte menny

qarrab lêh ba3edte 3anny



lêh ma-t(e)'oolly ba3dte 3an makâny

qarrab lessa 3andy tâny w ana di l-waqty gêh zamâny

D3afy khalâS da mâDy 3adda

wa t(e)ghayert men en-nahâr-da

w ana Hatbet lak el-kalâm da



shâyef nafsak bardo shayfa nafsy

wa hawareek yâ qâsy nafsy

w 3amel kolle shê' fê nafsy

gâlak yoom 3arefte enny

qaddak walla khofte menny

qarrab lêh ba3edte 3anny

 


Remarques linguistiques et vocabulaire
:

- dans cette chanson, on rencontre plusieurs fois une voyelle de disjonction, en l'occurence -e , qui correspond à la règle de prononciation voulant que trois consonnes ne peuvent se suivre sans voyelle ; n'oubliez pas que -3ayn ( ع ) est une consonne en arabe, même si elle est souvent prononcée -â en arabe dialectal.

- une remarque aussi sur la contraction : très souvent, le -e bref disparaît dans la prononciation dans une syllabe non accentuée (une habitude difficile à prendre quand on débute) ; les mots comme wa / we et da voient leur voyelle disparaître devant un mot commençant par une voyelle ( par exemple و أنا  se prononcera w ana ou  دا انت d enta, comme si les deux mots étaient attachés) ; par contre, concernant l'article défini el / il ( ال prononcé al en arabe littéral), c'est lui qui perd sa voyelle quand il est précédé d'un mot se terminant par une voyelle.

- shâyef est un exemple de ce qu'on appelle un " participe actif " : c'est le participe présent d'un verbe qui est utilisé pour exprimer une action au présent, en général une action immédiate, en train de se dérouler (un peu comme la forme anglaise en -ing). Ils sont très employés en dialectal de préférence à la forme conjuguée du verbe pour le présent. Il a trois formes : masculin, féminin et pluriel.

- l'interrogatif lêh ( ليه ) est placé à la fin de la phrase en dialectal, comme de nombreux interrogatifs. De même, le démonstratif se place après le mot qu'il définit et non avant : el-kalâm da.

shâyef (masc.)/ shayfa (fém.) = voyant, regardant
lêh ? = pourquoi ?
keda = comme ça
elly = (relatif invariable) qui, que
3amel < passé de e3mel = faire
nafs / nefs = âme
3âref (participe actif) = sachant, connaissant
zamân = temps (dans sa notion de durée)
zayy = comme
3adda = traverser
kalâm = parole
> el-kalâm da = cette parole
da (démonstratif masc.) : ce

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 07:49

Ce week-end, les Horizons musicaux de Beyt Kaaper poursuivent leur promenade à travers le Mashreq avec l'une des plus grandes stars syriennes, Asâla Nasry ( en arabe أصالة نصري  ). Fille d'un célèbre chanteur de son pays, Mustafa Nasry, elle est née en 1969 à Damas et apprend très jeune le chant auprès de son père. On sent d'ailleurs, même à travers des chansons de variété, que cette artiste maîtrise le chant arabe. Elle se rend au Liban pour développer sa carrière au Mashreq, mais c'est en Egypte qu'elle connaît la consécration et enregistre son premier album, " Law te3arafo "  , en 1993. Elle fréquente les plus grands artistes et les poètes, et est reconnue comme l'une des plus voix du monde arabe.

Difficile de choisir parmi les nombreux succès d'Asâla, mais voici " Fên Habeeby ", extraite de l'album " 3ady " (2005). Vous trouverez le texte transcrit et le texte en arabe. Vous remarquerez les accents de musique hispanique, qui ont connu une grande vogue au Mashreq, la musique orientale retrouvant là l'héritage qu'elle a laissé en Espagne. Comme toujours, à la fin, quelques remarques linguistiques.


أصالة نصري  ـ  فين حبيبي ٢٠٠٥



 

 

 


 

fên Habeeby, yâ Habeeby ?

fên Habeeby, fên ed-donya ?

yâ Habeeby

yâ aHla donya

bashar layâly

mestanneek


leeh Habeeby bekeet 3ayneya

kolle leyla 3addet 3aleya

betqolli qalby

raH fên hawak

 

yâ leyly waHeshny Habeeby

nadeelo we qoollo Harâm

baqâly layâly yâ ghâly

badoob Hobbe shooq we gharâm

 

w ana leyly leyly Tâl

men yoom ma ba3do Tâl

w ana Hâly Hâly Hâl

da el-ba3deghâly Tâl

x 2

 

ayâm we s(e)neen tefoot

basharlak leyl nahâr

we layâly ba3eysh w hamoot

we l-3eyshqalby nâr

x 2

 

w ana leyly leyly Tâl

men yoom ma ba3do Tâl

w ana Hâly Hâly Hâl

da el-ba3deghâly Tâl

x 2

 

law sebny Habeeby yoom

bakteeb 3al qalby dab

law gâly ansa l-hamoom

we amsaH kelmet 3adab

x 2

 

w ana leyly leyly Tâl

men yoom ma ba3do Tâl

w ana Hâly Hâly Hâl

da el-ba3deghâly Tâl

x 2

  

فين حبيبي يا حبيبي

فين حبيبي فين ألدنيا

يا حبيبي

يا أحلى دنيا

بسهر ليالي

مستنيك

 

ليه حبيبي بكيت عينيا

كل ليلة عدت عليا

بتقولي قلبي

راح فين هواك

 

يا ليلي واحشني حبيبي

ناديله و قوله حرام

بقالي ليالي يا غالي

بدوب حب شوق و غرام

 

و أنا ليلي ليلي طال

من يوم بعده طال

و أنا حالي حالي حال

ده ألبعد يا غالي طال

 

أيام و سنين تفوت

بسهرلك ليل نهار

و ليالي بعيش و أموت

و ألعيش في قلبي نار

 

و أنا ليلي ليلي طال

من يوم بعده طال

و أنا حالي حالي حال

ده ألبعد يا غالي طال

 

لو سبني حبيبي يوم

بكتب على قلبي داب

لو جالي أنسى الهموم

و أمسح كلمة عذاب

 

و أنا ليلي ليلي طال

من يوم بعده طال

و أنا حالي حالي حال

ده ألبعد يا غالي طال






Remarques linguistiques :

On peut entendre dans cette chanson plusieurs choses intéressantes au niveau des sons, en particulier :

- le cas d'un -s suivi d'un -h (arabe سهـ ) , qui se prononcent séparément et ne forment pas le son " ch ", d'où l'intérêt de bien différencier dans la transcription le -s ( arabe س ) + -h ( arabe ه ) du ش  transcrit sh.
ex. bashar ( بسهر ) se prononce bas- + -har

- le T emphatique ( arabe ط ), dans Tâl ( طال )

- le ذ qui se prononce presque comme un -z ( arabe ز ) en syrien comme en égyptien et est transcrit d , dans 3adab

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 12:33

Pour ce week-end qui s'annonce, un chanteur égyptien, Mohammed Noor, un Cairote qui s'est fait un nom auprès de chanteurs internationaux. Il a fait partie d'une sorte de " boys band " à l'égyptienne, et incarne ce type de chanteur dont la carrière se bâtit avant tout sur un physique avantageux, tout comme on a pu en connaître ici en Occident. Un autre aspect, encore, de la musique égyptienne actuelle, agréable même si ce n'est pas de la grande musique orientale.

 

 


 




 محمد نور ـ يرضيك كدة تسبني


yerDeek keda t(e)sebny yerDeek t3azzebny

ma3a qoola keda ya3ni Tab Ha3mil êh ba3deek

 

fên elly kân beenna ma3a qool yeDee3 menna

ana bardo Hastanna mana lessa baqy 3aleek

 

Habeeby l-waqte bey3addy bamoot men esh-shooq w ana l-waHdy

we 3omry makan fê yoom 3andy Haneen gheer leek

 

we bastannak yâ noor 3ayny be-nâry we shooqy we Haneeny

we basqal emta Hatgeeny we fên alaqeek

 

yerDeek keda t(e)sebny yerDeek t3azzebny

ma3a qoola keda ya3ny Tab Ha3mil êh ba3deek

 

ma-la'etshe fê d-doonya gheerak Habeeb leyya

been sanya we t-tanya dayman bafakkar feek

 

ana qalby gowwaya beyqool keda k(e)faya

3ayzak baqa ma3aya ma-aqdarsh 3eysh gheer beek

 

Habeeby el-waqte bey3addy bamoot men esh-shooq w ana l-waHdy

we 3omry makan fê yoom 3andy Haneen gheer leek

 

we bastannak yâ noor 3ayny be-nâry we shooqy we Haneeny

we basqal emta Hatgeeny we fên alaqeek

 

yerDeek keda t(e)sebny yerDeek t3azzebny

ma3a qoola keda ya3ny Tab Ha3mil êh ba3deek

 

yerDeek keda t(e)sebny yerDeek t3azzebny

ma3a qoola keda ya3ny Tab Ha3mil êh ba3deek

 

fên elly kân beenna ma3a qool yeDee3 menna

ana bardo Hastanna mana lessa bâqy 3aleek



Vocabulaire & aspect linguistique :

ya3ni : c'est-à-dire
Tab : bon, bien, ok
bardo : aussi, également
ed-donya : le monde
dayman : toujours
gowwa : dedans, à l'intérieur

* des interrogatifs :

fên / feen ? : où ?
emta ? : quand ?

* des constructions :

men : (provenance) de
> men + -na = menna : de nous

estanna (v.) : attendre
> ba- + (e)stanna = bastanna : j'attends
> ba- + (e)stanna + -ak = bastannak : je t'attends
> Ha- + (e)stanna = Hastanna : j'attendrai
Sur les pages grammaire égyptienne, nous verrons que la conjugaison se fait en effet par l'adjonction de préfixes et suffixes, auxquels peuvent s'ajouter les suffixes personnels.

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 00:31

Pour reprendre notre voyage musical au Mashreq, voici un petit clin d'oeil du kitsch oriental tel que nous sommes nombreux à l'aimer avec ce clip du chanteur libanais Jâd Shweyry , MaSreyya ( " Egyptienne " ). Les musiques de Jâd sont fortement influencées par les sons occidentaux, c'est d'ailleurs pourquoi ce n'est pas a priori un de mes chanteurs favoris. Mais ce clip-ci parle d'Egypte, alors...


جاد شويري

مصرية


 


Puisque nous associons musique orientale et apprentissage de la langue arabe, un petit mot ici pour noter que la chanson est en dialecte libanais, dont vous remarquerez qu'il est très proche du dialecte égyptien.

Un mot n'échappera sans doute pas aux oreilles les plus averties :

el-far3awneyya (fém.) : pharaonne

< far3awn : Pharaon ( fir3awn  /  فِرْعَوْن en arabe littéral )


Petite remarque culturelle, enfin : l'Egyptienne est au Mashreq ce que la Parisienne est au monde occidental, une image de la beauté et de la séduction, ainsi que de l'élégance. Et il est vrai que les Cairotes, par exemple, sont particulièrement élégantes et soucieuses de leur apparence. Dans cette image de la femme égyptienne au Mashreq, une très ancienne tradition, car ne l'oublions pas l'Egypte a été l'un des centres culturels majeurs du monde musulman.

Bon, ce clip est avant tout un clin d'oeil, ceci dit. Et n'oublions pas que du point de vue de la musique actuelle, l'Egypte est avec le Liban le pays dont la musique est la plus diffusée dans le monde arabe.

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 07:01

Nous quittons le Mashreq pour nous rendre à l'autre extrémité de la Méditerranée, dans ce pays magnifique qu'est le Maroc. Long week-end oblige, nos Horizons musicaux s'enrichiront cette semaine de trois chansonss. J'ai choisi de vous présenter trois chansons que j'adore d'une chanteuse marocaine, Hasnaa : " Marsol el-Hobb " date de 2003 et se trouve dans son album " Ana kolli leyk ",  " Shûfo shûfo " est extraite de son album " Bamba " (2005) et " Hobb walla " est plus récente puisqu'elle figure dans son album " 'alby be khatar " (2007). Une promenade agréable mais aussi intéressante dans la musique marocaine d'aujourd'hui. Hasnaa fait partie de ces rares chanteuses originaires du Maghreb qui font carrière au Mashreq.



 


"Marsol el-Hobb " est sans doute l'un des plus grands succès de Hasnaa, et en tout cas l'une de ses chansons les plus connues. Vous remarquerez sans doute que l'une des originalités est d'avoir introduit des éléments de cette musique indienne qu'on appelle le bhangra, dont je vous donnerai prochainement des exemples.



 



" Shûfo shûfo " est une chanson qu'on a du mal à s'enlever de la tête et dont je ne me lasse pas. Elle est en outre, comme la précédente, très intéressante du point de vue linguistique pour ceux qui s'intéressent aux dialectes arabes : vous y noterez que les gutturales sont beaucoup plus prononcées qu'en dialecte égyptien - notez en particulier le " 3ayn "  (  ع ) si difficile à prononcer pour ceux qui apprennent l'arabe - et que le " jîm " ( ج ) se prononce -j et non pas -g comme en masri.


 

 


" Hobb walla ", extraite de son dernier album, est une chanson plus douce pour laquelle sont jointes les paroles.

 



Hobb walla


kolli yôm bet'ôl Habeeby we tetadHak 3aleyya
kolli yôm besma3 kalâm w ashôf Hâga tânya
'olly êh 'asdek ma3ayya walla êh akher el-Hekayya
le3b yeb3any walla Hobb walla Hâga tânya
x 2


da ana men zamân badôb fê-l-gharâm yâ dôb
'alby 3aysh yâ dôb êh yâ leyla
mosh tâ'lih hawa w 'alby nadâ w 'alby nadâ


sehr el-layâly garâH men el-kheSâm warâH
fê-l-gharâm warâH 'alby tâny
ana dobte khalâS w 'alby khalâS w 'alby khalâS


kolli yôm bet'ool Habeeby we tetadHak 3aleyya
kolli yôm besma3 kalâm w ashôf Hâga tânya
'olly êh 'asdek ma3ayya walla êh akher el-Hekayya
le3b yeb3any walla Hobb walla Hâga tânya


hât 3aynak 'oddam 3ayneyya w Heyban kalâmha
law SaHîH da 3aleyya ashôf da fê Hanânha
amma law bay3 gharâmy khodha esma3 kalâmy
rôH ba3îd khalîny fê-Hâly w shôflak waHda tânya
x 2


da ana men zamân badôb fê-l-gharâm yâ dôb
'alby 3aysh yâ dôb êh yâ leyla
mosh tâ'lih hawa w 'alby nadâ w 'alby nadâ


sehr el-layâly garâH men el-kheSâm warâH
fê-l-gharâm warâH 'alby tâny
ana dobte khalâS w 'alby khalâS w 'alby khalâS


kolli yôm bet'ool Habeeby we tetadHak 3aleyya
kolli yôm besma3 kalâm w ashôf Hâga tânya
'olly êh 'asdek ma3ayya walla êh akher el-Hekayya
le3b yeb3any walla Hobb walla Hâga tânya


NB : il me semble bien qu'ici, contrairement aux deux premières chansons,  Hasnaa chante en égyptien ou en libanais, comme c'est souvent le cas des artistes maghrébins lorsqu'ils veulent faire carrière au Mashreq ; peut-être un(e) arabophone pourrait nous le confirmer ? 



Bon week-end aux accents marocains à tous avec Hasnaa !

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 08:18

Pour ce long week-end, une fois n'est pas coutume, la musique égyptienne sera à l'honneur dans Beyt Kaaper. La surprise que je vous avais promise hier dans nos Horizons musicaux, c'est celle qui fut sans doute la plus adulée des chanteuses égyptiennes, la Diva des rives du Nil et celle qui mena au plus haut point au XXe s. l'art du chant arabe. Sa renommée a très largement dépassé les frontières de l'Egypte, dont elle est devenue l'un des symboles incontournables ; difficile de parler de musique égyptienne sans parler d'Omm Kalthoum. Un destin extraordinaire dont nous reparlerons, bien sûr. La vidéo est un extrait d'un concert de 1966, un extrait d'une chanson car les chansons de ce type sont très longues, avec de nombreuses variations et des intermèdes musicaux. Mais elle donne une bonne idée de tout  l'art de cette grande Dame de la chanson égyptienne. 





Pas de paroles ? Non, Kaaper est d'humeur paresseuse... Que chante-t-elle ? El-Hobb : l'amour, bien sûr...

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Musiques des Horizons
commenter cet article

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives