Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 14:42

Je suis allé au Caire pour la première fois en 2004, lors d'un voyage organisé. Un très court séjour de 2 nuits avant une croisière en Haute-Egypte. Et dès l'amorce de l'atterrissage de nuit, ce fut le coup de foudre absolu dont je ne me suis pas remis depuis et qui ne s'est pas démenti. Pour cette première fois, depuis l'hôtel Concorde es-Salam, à Héliopolis, où nous étions logés, je n'ai fait qu'effleurer celle que je qualifierais de "Merveilleuse", cette gigantesque ville envoûtante. Qui palpite jour et nuit, avec ses contrastes et ses pages d'histoire d'horizons divers, son tumulte qui curieusement n'a rien d'angoissant. De la ville elle-même, nous ne visiterons que peu de choses : le musée égyptien surtout, et le Vieux Caire, la mosquée Refa'i, puis un passage express au Khân. Et puis ce que nous apercevrons lors de nos déplacements en bus : l'insolite villa du baron Empain à Héliopolis, la Citadelle, la mythique Cité des Morts, l'aqueduc médiéval... Et ce quotidien dans lequel on aimerait avoir le temps de se plonger. Je goûte, le soir venu, les chants des muezzins des mosquées environnantes qui se mêlent. Je suis sous le charme, et je me jure de revenir un jour. C'est les larmes aux yeux que je m'envole alors pour Abu Simbel... Un peu frustré de ce passage furtif, mais heureux de la rencontre.



sultan-hassan.jpg 1


De retour en France, je n'oublie pas la capitale égyptienne. Je rêve de pouvoir prendre le temps de la découvrir, je fais des recherches sur ses trésors. Et lorsque se dessine le projet de retourner en Egypte, il m'apparaît évident de passer suffisamment de jours au Caire pour explorer un peu plus la ville. Je fais inscrire au programme la visite d'un certain nombre de monuments islamiques et souhaite avoir assez de temps libre pour flâner. 



mehemet-ali.jpg 2


Et en décembre 2006, retour au Caire au terme d'un périple à travers l'Egypte avec Theti. Nous arrivons d'Hurghada au son d'un album de Nancy Ajram dont je reprends les airs avec les chauffeurs de notre minibus. Cette fois, nous ne sommes que deux, nous pouvons nous plonger dans le tumulte cairote. Nous sommes logés plus près du centre, dans le quartier de Dokki, à l'hôtel Pharaoh. Nos visites complètent ce que je n'avais pu voir la première fois : la Citadelle et sa mosquée de Mehemet Ali, les mosquées Sultan Hasan et Ibn Tulun, des mausolées mamluk du cimetière Nord (Qayit Bay, Farag ibn Barquq, el-Ashraf Barsbay). Promenade et emplettes au Khân, shisha au café Fishawi, bien sûr. Et puis nous retrouvons mon amie Josiane, qui vit au Caire et qui va nous en faire découvrir d'autres facettes, avec le peu de temps dont nous disposons tous trois. Elle s'efforce de nous montrer tous les aspects, au-delà des clichés, sans fard. Elle nous entraîne au-delà de Bâb Zuweyla, dans le quartier du marché des fabricants de tentes, mais en nous montrant l'envers du décor en nous faisant entrer dans une arrière-cour dans laquelle travaillent des artisans. Nous prenons un verre près du complexe d'el-Ghori, tandis que les pigeons cairotes entament dans le ciel leur danse du soir. Une autre fois, c'est Le Caire du XIXe s. et de la Belle Epoque qu'elle nous fait entrevoir. Nous dînons ensemble et je goûte enfin la molokheyya et le pigeon farci, deux délices égyptiens. Josiane est une vraie amoureuse du Caire elle aussi, sans concessions et avec lucidité ; tout comme Anne-Marie qui n'a pas pu nous rejoindre.



pigeons-caire.jpg 3


En revenant au Caire, j'ai eu le sentiment étrange d'être revenu dans un lieu familier, fe l-bilad, "au pays". Je m'y sens bien, malgré la pollution, malgré la circulation intense. Je suis émerveillé et définitivement conquis. Et je me jure une fois de plus de revenir encore, et pour plus de temps. Insha'a l-llah. 



artisan-caire-copie-1.jpg 4


Cette ville est très particulière. La plus grande ville du continent africain produit en général sur ceux qui s'y rendent un effet qui ne saurait être tiède : on adore ou on déteste, mais on ne peut rester indifférent. Il y a ceux qui ne peuvent dépasser la pollution et que le fourmillement rend mal à l'aise. Et puis il y a ceux qui tombent amoureux à jamais ; je suis de ceux-là !




Illustrations (Kaaper)

1 - Mosquée Sultan Hassan.
2 - Mosquée Mehemet Ali dans la Citadelle.
3 - La danse des pigeons le soir dans le ciel cairote.
4 - Un sculpteur sur bois, dans les coulisses du Caire médiéval.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Voyages en Egypte
commenter cet article

commentaires

Fayza 02/11/2008 18:19

Est ce possible d'avoir des expressions ou mot en egyptien, Utile pour aller voyager en egypte svp ?

Kaaper Nefredkheperou 07/11/2008 07:28


Il y a déjà quelques articles publiés dans nos Horizons, qui se trouvent dorénavant dans la catégorie "Egypte pratique", ainsi qu'une série de pages consacrées au
vocabulaire et à la langue arabe. Ce sont des expressions de base qui permettent déjà d'échanger quelques mots en arabe dialectal égyptien. D'autres articles sont en cours de rédaction, il faut que
le scribe se remette au travail. Je ne peux qu'appuyer ta démarche : connaître au moins quelques expressions en masri (arabe égyptien) permet d'avoir un rapport différent avec les Egyptiens, qui y
sont très sensibles.
Amitiés, Kaaper


:0002:@nne marie :0010: 04/11/2007 17:19

Le Caire que j'aime tant ! ! Bonne fin de dimanche et gros bisous ! !
@nne-marie

Kaaper Nefredkheperou 05/11/2007 01:55

Enti bethebbi el-Qâhira kamân, yâ ukhtî ? Oh oui que tu aimes Le Caire ! J'espère que la prochaine fois nous pourrons nous y promener ensemble, et que tu me feras découvrir ton el-Qâhira, insha'a l-llah ! ; )Bonne semaine et gros gros bisous de ProvenceKaaper-Nefredkheperou

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives