Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 17:30

Ce lundi, qui suit la Pâque copte, est en Egypte le jour de la fête de Shamm en-neseem1 (en arabe شَمّ ألنسيم ). C'est un jour férié pour tous les Egyptiens, chrétiens comme musulmans ; la fête est mobile, puisqu'elle suit immédiatement la Pâque copte, qui l'est elle aussi. Le verbe arabe shamma signifie « sentir », et en-neseem signifie « la brise ». Cette fête traditionnelle remonterait à l'Antiquité égyptienne et est liée aux anciennes fêtes du printemps ; la christianisation a rattaché la célébration de la fertilité aux fêtes de la Pâque.



La saison de Shemu était pour les anciens Egyptiens celle des récoltes et était donc l'occasion de fêtes de la fertilité ; le nom de la fête actuelle viendrait de celui de cette antique saison. (Temple de Deir el-Bahari, et en haut les hiéroglyphes de Shemu).


A l'occasion de Shamm en-neseem, les familles égyptiennes ont pour habitude, en particulier au Caire et à Alexandrie, d'aller pique-niquer et se promener dans les espaces verts de la ville ; ou à la campagne sur les rives du Nil. Un certain nombre d'aliments spécifiques sont préparés pour ce repas, à chacun étant attachée une valeur symbolique, dont l'essentiel viendrait de l'Egypte antique :

 

 - les oeufs colorés, que nous avions  précédemment évoqués ; pour les anciens Egyptiens, l'oeuf représentait la régénération et le rappel des origines de la vie ;
 
- le fiseekh2 ( en arabe فسيخ ), du poisson fermenté et salé ; le poisson séché était synonyme d'abondance et de fertilité, et les poissons font partie des offrandes rituelles que l'on voit représentées ; 

- de jeunes oignons ;  l'oignon, aliment courant dans l'Egypte antique, était déjà associé aux festivités du printemps et faisait partie des offrandes faites aux dieux, plus particulièrement à Amon-Min ; selon les Egyptiens d'aujourd'hui il éloigne le mal ;


- des graines de lupin ( en arabe تِرمِس , termis ), déjà consommés dans l'Egypte antique, qui font partie des aliments particulièrement appréciés non seulement au Mashreq, mais plus généralement sur tout le pourtour méditerranéen ; leur forme peut évoquer la prospérité ; 

- et de la laitue3 ( en arabe خَسّ , khass ) ; elle était offerte aux divinités et était associée à Amon-Min ; elle serait un symbole de bon augure de la nature renaissante à l'occasion du printemps. Sur cette illustration, vous voyez des représentations de laitues trouvées lors des fouilles de Deir el-Medineh.



 

Scènes d'offrandes de laitues au dieu Amon-Min, sur lesquelles on reconnaît la variété "romaine".

Selon certains, ces traditions seraient à rapprocher d'une ancienne fête qui avait lieu dans l'Antiquité au moment du début de la saison de Shemu4, qui était celle des récoltes. Il s'agissait donc de célébrations de fertilité agraire liées à l'équinoxe de printemps5, symboliquement associée à la création du monde. Une fête antique qui remonterait aussi loin que l'Ancien Empire. Plutarque, à l'époque romaine, mentionne qu'à cette occasion les Egyptiens offraient aux dieux du poisson salé, des oignons et de la laitue.


Une fête qui, par-delà les millénaires, aurait traversé toutes les vicissitudes de l'histoire. Qui, au-delà des différences religieuses, réunit tout un peuple dans la célébration d'un patrimoine commun. Avouons que, dans une période houleuse comme celle que nous vivons, c'est également un beau symbole, vous ne trouvez pas ? 

 

 

Notes :


1- Transcrit souvent sham el-nessim, ou encore sham el-nisseem, sham el-niseem... La transcription adoptée dans l'article est celle qui correspond à la translittération de l'arabe égyptien.

2- Nom arabe d'une variété de mulet ( Mugil Cephalus ), le mulet à tête plate ou mulet gris ; mais les Egyptiens utilisent aussi de l'anchois, de la sardine ou du maquereau.

3- La variété de laitue cultivée et consommée au Mashreq est celle que nous appelons la « romaine » ( lactuca sativa longifolia ), aux feuilles allongées, déjà représentée sur les reliefs antiques.

4- Pour certains, c'est le nom « Shemu » de la saison égyptienne qui, par l'intermédiaire du copte, serait à l'origine du nom de la fête par rapprochement avec le verbe arabe « shamma ».

5- Lors de la christianisation, l'idée de renaissance a été associée à la Résurrection et donc la date déplacée vers celle des fêtes de Pâque.

 

Liens :


Vous trouverez sur le net de nombreuses photos de cette fête, je vous laisse le soin de vous promener. Néanmoins, je vous conseillerai quelques références :

- un
article de Heba Fatteen Bizzari sur Touregypt (angl.)
- un
article consacrée à cette fête sur le blog de mon amie Anne-Marie, qui vit en Egypte (fr.).
- parmi les voyageurs qui ont parlé de cette fête, vous en trouverez en particulier mention chez le Britannique que nous avions déjà rencontré au sujet des Ghawazy :  Edward William Lane, Manners and Customs of the Modern Egyptians (1834)

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Kuptios - Egypte copte
commenter cet article

commentaires

Tifet 21/04/2009 09:40

C'est une belle fête pour tous les Egyptiens ! le printemps, la fertilité, tout cela les relient au Nil, même si maintenant il n'y a plus de crue pour fertiliser la terre......bonne journée Kaaper. Tifet

Kaaper Nefredkheperou 28/04/2009 16:18


Je trouve aussi que c'est une belle fête, et un beau symbole.
Bonne journée à toi aussi,
Amitiés de Provence,
Kaaper


gene 20/04/2009 21:22

c'est un beau symbole et s'il pouvait y avoir plus d'exemples comme ça , mais malheureusement tout cela n'est pas appris et peu de gens ont encore accès à ses informations.

Kaaper Nefredkheperou 28/04/2009 16:22



Effectivement, c'est assez extraordinaire de voir les Egyptiens réunis dans la célébration d'une fête millénaire. Il faut parfois aussi montrer les choses positives, car elles existent ; Shamm
en-Neseem a résisté au temps, mais aussi aux pressions des religieux radicaux de tous bords. J'aimerais beaucoup me trouver en Egypte au moment de cette fête. Un jour peut-être, insha'a
l-llah.
Amitiés de Provence,
Kaaper



Corinne 20/04/2009 19:15

Tu as très justement raison de nous rappeler que beaucoup de fêtes actuelles nous viennent de l'Antiquité et ont traversé le temps pour notre plus grand plaisir!!Nous somment toujours étonnés lorsqu'on réalise qu'en réalité les hommes n'ont fait qu'adapter à leurs nouvelles croyances, des choses aussi vieilles que les pyramides......
Je te souhaite une belle fête de printemps!!
Polla filia!!

Corinne

Kaaper Nefredkheperou 28/04/2009 16:35



Printemps pluvieux chez nous, tu as vu ça ? C'est une brise humide que nous avons sentie, n'est-ce pas ? 
C'est extraordinaire ce fil invisible qui nous relie aux plus anciennes coutumes à travers certaines fêtes et traditions ; je crois que pour sa part  l'Occident perd beaucoup en abandonnant
petit à petit toute une part de cette culture populaire qui véhiculait des coutumes très anciennes, ou en la réduisant à un aspect commercial vide de sens... Ce que des siècles de pression du
clergé n'étaient pas parvenus à faire disparaître, la fin du XXe s. l'a balayé... Ca y est, Kaaper fait le râleur de service
Pola filia,
Kaaperek



Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives