Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 07:25

Peiresc-Finsonius-large.jpg

 

Nous reviendrons ultérieurement sur la figure de Nicolas Claude Fabri de Peiresc (1580-1637), gentilhomme provençal qui fut un des plus grands savants du début du XVIIe s. Pour le moment, c'est en tant que l'un des précurseurs de l'égyptomanie que cet homme curieux de tout retiendra notre attention.

 

Peiresc avait des correspondants dans le monde entier et faisait venir à grands frais plantes, animaux et objets qui entraient dans ses collections et devenaient objets d'études. Il avait ainsi acclimaté dans sa bastide de Belgentier, près de Toulon, des papyrus du Nil venus tout droit d'Egypte !

 

Il est l'un des premiers hommes de son temps à s'intéresser à l'Egypte antique, dans une démarche scientifique en tout cas. Il collectionne les objets venus d'Egypte, qu'il conserve dans son cabinet de curiosités, à Aix-en-Provence et dans la bastide de Belgentier : momies, sculptures et bas-reliefs, statuettes, vases canopes, céramiques, amulettes...  Il les fait dessiner, ce qui nous permet aujourd'hui de les connaître, puisque sa collection fut plus tard dispersée et en grande partie perdue. A Belgentier, il fait débandeletter une momie tout en prenant de précieuses notes ; il est alors l'un des rares à apporter aux momies un tel intérêt.

 

Il a des correspondants en Egypte, en particulier le Marseillais Magy qui lui envoie du Caire et d'Alexandrie, par l'intermédiaire de son frère resté à Marseille, non seulement des courriers, mais encore des objets. Egalement Jacques Albert, un marchand marseillais établi au Caire ; le père capucin Agathange de Vendôme, qui se charge de lui trouver en Egypte des textes coptes et arabes, en particulier dans les monastères du désert. François Laur, patron de barque, lui sert pour transporter les courriers entre la Provence et Alexandrie. 

 

En 1620, il reçoit d'Alexandrie une petite stèle en fritte émaillée bleu turquoise sur laquelle il est intrigué par les inscriptions hiéroglyphiques. En 1626, ce seront des papyrus antiques et coptes, qui continuent d'éveiller son intérêt pour cette langue non encore déchiffrée. On oublie souvent que Peiresc fait partie des tous premiers à s'intéresser aux textes coptes et à en faire venir en Europe, il encourage leur étude systématique et se tient au courant de l'avancée des travaux grâce à son réseau de relations. Sa correspondance avec le père Gilles de Loches, qui étudie les langues orientales, comporte de nombreux passages évoquant l'Egypte et la langue copte, ainsi que les recherches que Peiresc y fait mener par ses correspondants. Notre insatiable Provençal pousse son ami l'abbé Athanase Kircher (1602-1680) à tenter de déchiffrer les hiéroglyphes et à traduire le copte, dont il a pressenti le lien avec l'ancienne langue égyptienne ; nous reparlerons de Kircher, qui fut le premier à proposer une théorie de déchiffrement des hiéroglyphes, deux siècles avant le grand Champollion !

 

 

vases_canopes_grand_peiresc.jpg

L'un des vases canopes de la collection de Peiresc, détail de la planche CXXXIII du tome II de L'Antiquité expliquée et représentée en figures de Bernard de Montfaucon, Paris, 1719.

 

 

Pour terminer, je vous conseille la lecture d'un ouvrage si ce personnage de Peiresc et son rapport à l'Egypte vous intéressent : Sydney H. Aufrere (ancien membre de l'Institut Français d'Archéologie Orientale au Caire et chercheur au CNRS) , La Momie et la Tempête, ou Nicolas Claude Fabri de Peiresc et la "curiosité égyptienne" en Provence au début du XVIIe s. , éd. A. Barthelemy, Avignon.

 

Vous pourrez aussi trouver une partie de la correspondance de Peiresc, avec l'évocation de ses échanges avec l'Egypte, sur la base Gallica de la BNF.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Horizons franco-égyptiens
commenter cet article

commentaires

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives