Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 15:38
 
Bien qu'il ne reste rien du bâtiment d'origine, la mosquée d' 3Amr ibn el-3As est importante dans l'histoire égyptienne car elle fut la première à être fondée en Egypte, au lendemain de la conquête arabe ; elle est aussi la plus ancienne mosquée de toute l'Afrique. Elle se trouve près de Masr el-Qadima (Vieux-Caire), au nord de l'ancienne forteresse romaine de Babylone d'Egypte, sur le site de la première ville musulmane de Fustat fondée elle aussi par 3Amr. Elle aurait été construite en 641-642, selon la tradition, à l'emplacement où se trouvait la tente d' 3Amr ibn el-3As, qui commandait les troupes arabes qui envahirent l'Egypte, durant le siège de Babylone d'Egypte. On lui donne divers autres noms : Tag el-Gawâmi3  ( " Couronne des Mosquées "), el-Gâmi3 el-3Atteeq ( " la Mosquée Vieille " ) ou encore Masjid Ahl er-Rayah ( " Mosquée des Gens de la Bannière " ). 


Mosquee-Amr-1.jpg

Vue de l'extérieur de la mosquée, avec l'un des minarets.

 
Son plan est resté extrêmement simple, malgré les travaux successifs intervenus au fil des siècles. Elle se compose d'un grande cour à ciel ouvert (sahn) bordée de 4 portiques (riwâq), celui placé du côté de la qibla étant plus large que les autres. Elle compte 150 colonnes de marbre blanc, dont certaines sont des réemplois d'édifices antiques, et 3 minarets. La cour elle-même est pavée de marbre blanc. Le magnifique miHrâb de stuc remonte au XIVe s.



La mosquée d'origine était beaucoup plus petite que la mosquée actuelle, soit 17m x 29m.  Fort simple, elle était construite en briques de terre crue, ne comportait aucune décoration, des troncs de palmier servant de piliers et des demi-troncs de palmier pour toiture, comme on peut encore en voir dans la campagne égyptienne ; il n'y avait ni miHrâb, ni minaret et le sol était de terre battue. Elle ouvrait au nord par deux portes, deux autres donnant sur la maison qu' 3Amr s'était faire construire à Fustat. Il ne reste rien de cette mosquée originelle.



Elle fit l'objet de travaux d'agrandissement et de transformations tout au long de son histoire, dès le VIIe s. En 672, Musallâma el-Ansari, gouverneur d'Egypte, entreprit les premiers travaux en dotant murs et plafonds de décors et en construisant le premier minaret. Puis en 698, la mosquée fut détruite et agrandie par un autre gouverneur, Abdul 3Azîz ibn Marwan. Elle est à nouveau démolie et reconstruite en 711 par le prince Qurrah ibn Shurayk el-Absi, qui l'agrandit et la dote d'un miHrâb concave inspiré de celui de la mosquée de Médine, précédé de 4 colonnes, et d'un minbar de bois ; quatre portes sont ouvertes à l'est et à l'ouest, trois au nord.
 


Mosquee-Amr-2.jpg

La cour de la mosquée actuelle, avec sa fontaine aux ablutions de style ottoman ; remarquer à droite la grande dekka soutenue par deux colonnettes donnant sur la cour.

  
En 827, le gouverneur abbasside Abd Allah ibn Tâher porta la mosquée à sa superficie actuelle (112m x 120m) , doublant sa surface en ajoutant une extension vers le nord. Il la dote de portiques sur les quatre faces de la cour centrale, la salle de prière comprenant 7 séries d'arcades parallèles à la qibla ; de même, les arcades des portiques latéraux, plus étroits, étaient parallèles à la qibla. La mosquée compte alors 13 entrées : 3 au nord, 5 à l'est, 4 à l'ouest et 1 dans le mur de qibla. Les fenêtres, placées dans la partie haute des murs extérieurs, étaient groupées deux à deux par une arcade et séparées par une colonnette à chapiteau orné. 


 
A l'époque fatimide, cette nouvelle mosquée hypostyle reçut un riche décor de mosaïques d'or et de marbre, des sculptures sur bois et une partie du miHrâb fut plaquée d'argent. Il reste de cette période quelques architraves de bois sculpté du côté de la qibla. 



Mosquee-Amr-3.jpg

Vue de l'intérieur de la mosquée, avec l'un de ses miHrâb.


 
La dernière phase de grands travaux remonte à l'époque ottomane, quand Murât Bey, en 1797, décide de démolir et remanier l'intérieur de l'édifice, fragilisé par un affaiblissement des colonnes. Les arcades du portique oriental sont alors transformées et placées perpendiculairement à la qibla – alors qu'elles étaient à l'origine parallèle à celle-ci. C'est également de cette période que datent les deux autres minarets que l'on peut encore voir aujourd'hui.  
 
Bien avant que ne soit construite la célèbre mosquée el-Azhar, celle d' 3Amr fut un centre d'enseignement islamique qui accueillait plusieurs milliers d'étudiants.


mosquee-amr-4.jpg

Vue ancienne de l'intérieur de la mosquée, avec la grande dekka typiquement égyptienne.



Sources et liens :

- Ismail ABAZA, The Mosque of Amr Ibn el-AAs, in
Tour Egypt.

- Ernst J. GRUBE, Architecture of the Islamic World, ed. Thames & Hudson, Londres, 1987.

 

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Masr - Egypte islamique & actuelle
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 14:29

Mon amie Josiane, que j'ai connue sur OB par l'intermédiaire d' Anne-Marie et rencontrée au Caire, où elle vit, m'a envoyé ces photos qu'elle a prises en Haute-Egypte et les a offertes pour que nous puissions les partager sur ce blog. Comme vous pouvez vous en rendre compte, et le verrez en allant sur son blog, Josiane est une photographe de talent qui sait à merveille saisir la beauté d'un instant. Un grand merci à elle pour ces images magnifiques !

assouan-luxor-20X30.jpg


assouan-luxor-20X30--1-.jpg


assouan-luxor-20X30--2-.jpg



A contempler ce spectacle, on comprend pourquoi les Egyptiens de l'Antiquité avaient créé une telle mythologie autour du cycle solaire. Il y a sur le Nil des lever et coucher de soleil somptueux qui se gravent dans l'âme et dans le coeur lorsqu'on a la chance d'y assister. Des couleurs tour à tour flamboyantes ou subtiles qui font de chacun de ces instants un moment d'exception...

Repost 0
Published by Kaaper Nefredkheperou - dans Masr - Egypte islamique & actuelle
commenter cet article

Papyrus D'identité

  • : Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • Horizons d'Aton - Beyt Kaaper
  • : Une demeure perdue quelque part entre rêve et réalité, dans les sables du désert égyptien ou sur les flots de la Méditerranée. Tournée vers l'horizon, les horizons divers... Les horizons de l'Est et de l'Ouest, comme disaient les anciens Egyptiens... Une demeure un peu folle, pour abriter des rêves un peu fous, des passions, des émotions, des coups de coeur...
  • Contact

Fouilles

Archives